22/02/2005

Grands travaux inutiles (1) rue de Stalle

 Un truc inutile de plus : ce panneau, que personne ne respecte... pour cause d'idiotie profonde.
 
La rue de Stalle, à Uccle, est une voie rendue assez étroite, malgré qu'elle serve de passage à des dizaines de milliers de voitures chaque jour de semaine : en effet, à deux kilomètres de là se trouve l'une des sorties les plus importantes du Ring de BXL.
 
Il y a quelques années, Jean-Louis Thijs (surnommé Jef-Le-Tram, en raison de son parti-pris pour le moyen de transport du même nom) avait décidé de supprimer deux bandes de circulation dans chaque sens, afin de dégager un îlot central surélevé, essentiellement réservé aux véhicules privilégiés de la STIB, et accessoirement aux ambulances, flics et taxis.
 
Coût des travaux : 500 millions d'anciens francs (12.500.000 € )
 
Qu'a-t-on obtenu pour une telle somme?
 
Des trams et bus aussi vides qu'avant, et des files de voitures tous les jours de la semaine que Dieu fait.
 
Une rue bossue, sinueuse, pleine de plateaux casse-vitesse, de petites bornes de fonte censées prévenir les demi-tours, qui sont régulièrement arrachées.

Des accidents.

Des frais de réparation réguliers et importants (voitures cabossées, arbres brisés, bornes arrachées, bosses casse-voitures qui s'effondrent régulièrement sous le poids des camions).

Et zéro piétons de plus, dans ce quartier très peu peuplé.

09:44 Écrit par l'as | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

ce projet etait tres louable Faire de parking en dehors de la ville pour y mettre sa voiture et prendre les transports en commun, je trouve que c'etait une tres bonne idée malheureusement ce n'est pas dans la mentalité du belge. Le belge prefere perdre son temps dans les bouchons, contribuer à l'effet de serre, polluer l'air deja chargée de nos villes pour avoir la satisfaction de garer sa voiture au peid de son boulot. Le belge voudrait que l'on fasse des autoroute qui le mène au travaille dans le centre ville, faut pas déconner. Le but premier de ces parkings de dissuasion n'est il pas de permettre aux usager de combiner plaisir de la voiture et la simplicité des transport en commun dans le centre ville tout en faisant un geste pour notre environnement?

Écrit par : jim | 22/02/2005

Bonjour Jim le sujet de mon article était les travaux inutiles et coûteux.
Jean-Louis Thijs était réputé pour son incapacité à prendre en considération les arguments de ses contradicteurs.
Il se comportait comme un despote - pas comme un élu.
Par la suite, il est apparu qu'il avait lui-même trempé dans assez d'affaires de détournements de fonds publics pour devoir être traduit en justice. La mort lui a épargné cette mésaventure.

Quoiqu'on pense de la problématique des transports en ville, était-il nécessaire de limiter les accès à la cité, à défaut de les remettre à niveau ? Était-il obligatoire de le faire à si grands frais? Et était-il impossible d'y arriver sans ériger une "oeuvre d'art" telle que les mégalithes, ayant coûté un prix si indécent ?

Pour le reste, il ne s'agit que de préférences personnelles. Ce n'est pas aux REPRÉSENTANTS politiques de décider de ce que les Belges - leurs électeurs - doivent aimer ou préférer. Il est plutôt de leur devoir de permettre à leurs électeurs de voir leurs désirs devenir réalité - dans la mesure du possible.

Lorsque les élus veillent à la réalisation des voeux de leurs électeurs, il s'agit bien de démocratie.
Lorsque, sûrs de savoir ce qui est bon pour les autres, ou inintéressés par les volontés populaires, ils restent sourds aux souhaits de leurs électeurs, il ne s'agit plus que de détournement de pouvoir et de tyrannie.

Écrit par : l'as | 22/02/2005

Comment on ré-écrit l'histoire La rue de Stalle n'était PAS à 4 voies avant les travaux de JL THYS : c'était une rue étroite de 2 bandes, ou tram et voitures se partageaient ces 2 bandes. On passait de chaque côté de la chapelle de Stalle. La rue(lle) qui est derrière la chapelle témoigne encore de sa largeur...
Alors ne ré-écrivez pas l'histoire, M. le révisonniste.

La pression automobile sur la ville la rend invivable. Sauf dans les quartiers pour riches qui ne pensent qu'à leur petit égoïsme ....

Écrit par : Luc | 06/10/2007

Pas inutile du tout comme travail, mais il est facile de dire qu'un tram est vide. Néanmoins, même à moitité rempli avec une fréquence moyenne (merci la STIB), l'espace est nettement mieux utilisé qu'en le donnant aux automobiles.

Et à ceux qui rêvaient de la "solution" (naïve) de l'élargissement, ok, et puis quoi, on arrive au square des héros, et là, il y aura pas d'embouteillage sans doute ? Pousruivons la logique, élargissons l'avenue Brugman, et l'avenue de Fré. Et on va jusque où ?

Tout traffic entrant se retrouve bloqué inmanquablement à un moment ou un autre dans une ville saturée comme Bruxelles. Mais quand on pense pas plus loin que le bout de son nez (ou de son trajet propre), on peut pas comprendre la logique globale que constituent les déplacements en ville.

JLT a eu le courage de (re)commencer à imposer un moyen alternatif (et tant pis pour les pense-petits et leur auto) pour les milliers de véhicules qui rentrent en ville et qui viennent l'encombrer et la polluer. La seule chose qu'on peut reprocher, mais est-ce vraiment à lui, c'est qu'il fallait continuer l'oeuvre en permettant à ce même tram d'aller plus loin, tant en ville (parce que c'est gentil d'amener les gens dans un embouteillage place Stéphanie - tiens des autos en trop - il faut inciter aux transports publics avec des moyens efficaces), que dans l'autre direction, on aurait pu penser aller plus loin vers Lot et proposer à ces gens là un lien efficace vers la ville...

YY

Écrit par : jefducoin | 14/10/2007

Écrire un commentaire