23/02/2009

OPEL Anvers : un mort en sursis

large_816410

 

Vous en avez été informés : les constructeurs automobiles se portent extrêmement mal aux quatre coins du monde (peut-être pas en Chine ou en Inde, mais on ne sait presque rien de ce qui se passe là-bas), pour cause de prix du pétrole très élevés l'an passé, de ventes record en 2007 (on ne change pas de véhicule chaque année), de crise du crédit et de politique d'enquiquinement généralisé des automobilistes.

Après tous les industriels anglais qui ont été rayés de la carte dans les années 90, le groupe Fiat qui se portait très mal il y a 4 ans, désormais nous savons que GM, Ford et Chrysler sont au bord du gouffre (ce dont je vous avais informés il y a 3 ans, si vous me lisiez déjà à l'époque). Toyota, Honda et Nissan ont pour leur part communiqué de très mauvais chiffres au dernier semestre, de même que Peugeot et Renault.

Pour survivre, beaucoup de constructeurs devront se séparer de leurs canards boîteux. Ford a déjà revendu Jaguar et Land Rover à l'Indien Tata. On sait depuis la semaine dernière que Saab n'est plus qu'un cadavre de petit animal écrasé, abandonné par GM le long d'une autoroute. Vauxhall devrait suivre bientôt, et Opel, autre possession de General Motors, ne connaît pas un sort plus enviable : la fermeture pure et simple n'est pas loin. Ce qui fait durer le suspense, c'est la faiblesse du gouvernement allemand, qui cèdera peut-être au chantage à l'emploi en acceptant de filer du pognon à fonds perdus pour ce constructeur perdant de l'argent depuis de nombreuses années.

A Anvers aussi se trouve une usine d'assemblage Opel. Comme il y a bien longtemps qu'elle est dépassée, le nombre de véhicules produits pas ouvrier et par an étant largement insuffisant par rapport à la concurrence, on la fermera très bientôt.

Si elle s'était trouvée en Wallonie, les clowns régionaux auraient d'abord participé aux manifs syndicales et ludiques devant les caméras de télé, pour ensuite renflouer le cachalot échoué sur les rives de l'obsolescence. Mais comme elle est située en Flandre, la partie est loin d'être jouée.

Les sinistres flamands ne jettent pas aussi facilement que leurs homologues wallons ou bruxellois l'argent des contribuables par les fenêtres. Mais pour ménager la chèvre et le chou, ils ont délégué à Detroit - siège de GM, société en animation suspendue - plusieurs d'entre eux, qui y présentent un plan aussi vaseux que confus : celui d'un "avenir vert" pour Opel.

"Le sinistre-président Kris Peeters, le sinistre de l'Emploi Frank Vandenbroucke et la sinistre Ceysens proposeraient une collaboration entre GM et Flanders Drive, la plate-forme flamande d'innovation d'entreprises fournisseurs de l'industrie automobile." nous informe un journal en ligne, laissant supposer qu'en Flandre aussi les copains vont se remplir les poches.

Mais qu'entendent-ils par "un avenir vert" pour Opel? Espèrent-ils que cette ancienne gloire de l'automobile allemande construise bientôt des voitures à pédales, pour circuler le long de la digue à Blankenberge? Des véhicules dotés d'une éolienne? Ou au toit bardé de cellules photovoltaïques, fonctionnant plus ou moins bien 20 jours par an? A moins qu'ils n'envisagent le retour au gazogène ("biogaz"), qui a permis aux véhicules privés de se traîner sur toutes les routes de l'Europe occupée pendant l'épisode riant de 1939/1945?

Allez savoir! Comme, chez les politiciens, ce n'est quand même pas le conseiller qui paie les factures...

Commentaires

Supprimez le taxes et jetez les taxeurs aux ordures.

Écrit par : Ben | 23/02/2009

Donc, ma X-type n'est plus une Mondeo améliorée, mais une Tata! Je n'ai jamais vu de Tata circuler en Belgique.
Par contre, il y en a pas mal en Italie.
Souvent en break ou en 4x4...
On dirait des anciennes Suzuki reliftées...
Ceci m'étonne, d'ailleurs, car jusqu'au début des années '90, j'exportais des voitures d'occase à Turin qui est la plaque tournante du commerce des voitures en Italie et j'étais étonné de ne jamais voir aucune auto venant de plus à l'est que l'Allemagne...
Pour revenir dans le sujet, si une détaxation massive n'arrive pas, aucune relance n'est possible, dans le domaine automobile ou autre.

Écrit par : Tony | 24/02/2009

Je m'suis gouré mais pas dans tout J'ai écrit par erreur "le taxes", mais le reste est correct; il faut bien jeter les taxeurs aux ordures.

Écrit par : Ben | 24/02/2009

Les commentaires sont fermés.