26/02/2009

Médicaments : beaucoup trop chers

large_823196

"Médicaments : 5 à 15 fois trop chers en Belgique" nous apprend un article en ligne.

Cela vous étonne? Moi pas : il y a quelques années, j'ai eu besoin d'antibiotiques à Lanzarote (Îles Canaries). Deux injections m'ont coûté 5,5 euros la pièce, tous frais compris. A la même époque, en Belgique, j'en aurais eu pour environ 40 euros.

A quoi est-ce dû?

Sans aucun doute au remboursement par les mutuelles, qui permet de facturer n'importe quoi à n'importe quel prix - pour peu qu'il s'agisse d'un médicament remboursé.

Mais pour le dépité écolo Georges Gilkinet, cette prise en charge obligatoire n'en est pas responsable. Pour lui, la solution viendrait d'une étatisation plus importante encore du marché des médicaments :

"Georges Gilkinet (Ecolo) va déposer une proposition de loi pour appliquer le modèle néo-zélandais "kiwi" au marché des médicaments, dont il affirme qu'ils sont 5 à 15 fois trop chers en Belgique.

Selon le modèle "kiwi", les médicaments sont achetés par l'état par adjudication publique. Ensuite, seuls ceux revendus par l'Etat sont remboursés. Le dépité souligne que la sécurité sociale a gagné 15 millions d'euros lors du test réalisé sur la simvastatine sous le gouvernement Verhofstadt, et 4 millions d'euros d'économie pour le patient." (15 millions d'euros pour l'état, et 5 pour les patients : il s'agit donc bien pour l'état de détourner encore plus d'argent aux dépens des habitants!)

"Laurette Onkelinx, sinistre de la Maladie, promet d'évaluer le système, qui peut provoquer la discontinuité des soins. Elle souligne aussi les avancées obtenues dans l'accord médico-mutualiste 2009 et un projet avec les pharmaciens pour faire jouer la concurrence entre génériques et conseiller les médicaments les moins chers."

Résumons :

Gilkinet veut limiter le nombre de médicaments disponibles et en faire un juteux marché d'état.

Onkelinx, moins bête, reconnaît qu'étant donnée la mauvaise gestion coutumière des services "publics", on risque des pénuries de médicaments. Un peu comme ce qui se passe dans les hôpitaux cubains - les meilleurs hôpitaux du monde. Elle ajoute que de nouveaux accords ont été passés entre mutuelles et médecins pour diminuer le coût des soins au détriment des malades, et qu'on ne conseillera plus les meilleurs médicaments dans les pharmacies, mais ceux qui coûtent le moins cher à l'état.

Sous-entendu : pourquoi s'en faire, puisque nous avons le meilleur des deux mondes?

CHILDRENHOSPITALr

Hôpital des Enfants à La Havane (Cuba)

Commentaires

Le plus grand plaisir de la racaille communiste est de faire crever les gens, mais lentement.

Écrit par : Ben | 27/02/2009

Une autre solution On pourrait proposer que les médicaments ne soient remboursés par la sécu ( donc, prescrits , car la plupart des médecins ne sont pas fous) que quand leur tarification est comparée aux prix dans une série de pays de référence. Mais je sais..il faut bien payer les porsches et les piscines privées des cadres des sociétés pharmaceutiques et les dîners d'information aux médecins où ne viennent que le quart des invités ( infos de première main )

Écrit par : Bernard | 27/02/2009

Bonjour Bernard, l'erreur, c'est probablement d'avoir institué la sécu obligatoire, qui crée et permet des tensions énormes sur les prix des médicaments remboursés, et la pénurie de tous les autres.

Y substituer un marché d'état ne pourra que faire empirer la situation.

Écrit par : l'as | 27/02/2009

Les commentaires sont fermés.