06/03/2009

Nageurs mordent requin : sauvez la guerre!

Man%20bites%20dog

En discutant avec mon épouse ce matin de l'action de plus en plus contraignante et intrusive des politiciens et fonctionnaires européens, j'ai fait une constatation.

Combien y avait-il de fonctionnaires en Belgique en 1958?

150.000.

Combien étaient-ils dans les années 70?

500.000.

Combien sont-ils aujourd'hui?

Pour autant qu'on sache (d'ailleurs, quelqu'un le sait-il vraiment?) : 800.000.

Qu'est-ce qui a permis cette explosion? J'en avais parlé chez Ben  (clic!) il y a quelque temps : durant la guerre 14/18, l'Amirauté britannique comptait 10.000 employés. En 1925, c'est à dire en temps de paix, et avec deux fois moins de vaisseaux à gérer, elle en employait... 25.000.

Depuis, c'est devenu une loi économique : l'administration n'est pas là pour résoudre des problèmes, mais pour en créer. Elle entraîne automatiquement l'augmentation du nombre de fonctionnaires, selon une loi d'accroissement mathématique simple. Les fonctionnaires s'inventent de nouvelles tâches, de nouvelles utilités, par goût personnel et pour justifier leur travail. Cette croissance dure tant que la limite de l'insupportable n'a pas été atteinte.

La comparaison des deux situations décrites m'a donc amené à me demander si ce n'était pas la guerre, par la perte de richesses qu'elle entraîne, par les morts qu'elle occasionne, et les pouvoirs qu'elle redistribue entre de nouvelles mains, qui était responsable de la diminution du nombre de fonctionnaires et de l'assainissement (c'est à dire, de l'allègement) du fonctionnement de l'état. En corollaire, je me suis aussi demandé si notre surfonctionnarisation actuelle n'était pas le produit de plus de 60 années de paix.

Pour en avoir le coeur net, il faudrait évidemment étudier la question de manière précise. Mais si tel était le cas, viendrait-il un jour où nous manifesterions avec des calicots portant les mots "Vive la guerre" ?

Les commentaires sont fermés.