08/03/2009

Opel Anvers : on ferme!

velo-neige

Parmi les bonnes nouvelles qu'on vous a déjà annoncées, mais que je vous avais révélées ici en hyper-primeur, il y a plus de trois ans déjà :

"Opel Anvers ferme ses portes

L'usine Opel à Anvers semble condamnée. C'est le journal allemand Rheinische Post qui l'annonce : Opel-Anvers va fermer ses portes définitivement. Eisenach (en Allemagne) et Trollhättan (en Suède) seront elles revendues tandis que l'usine de Bochum sera maintenue."

Allons, un petit effort : il faut aider Ford Genk et Audi Forest à fermer boutique (ce qu'elles feront nécessairement, n'en doutez pas, après Peugeot et Renault Vilvoorde, qui ont quitté nos contrées il y a plusieurs années pour travailler sous des cieux moins incléments).

C'est obligatoire : nos ouvriers ne sont pas meilleurs que d'autres, la fiscalité belge empêche d'investir profitablement dans le secteur, les frontières européennes sont tombées (rendant obsolète l'obligation d'avoir des usines sur chaque marché), et les automobilistes sont devenus les bêtes à abattre des clowns qui nous gouvernent (diminuant la demande pour les voitures).

Ceci dit, on apprend quand même certaines choses intéressantes : "D'après le magazine Focus, Opel demande à l'état allemand 4 millions d'euros d'aides, sous forme de garanties ou de crédits. Or Opel n'a jusqu'ici "jamais versé un seul centime d'impôts à l'Allemagne", les bénéfices ayant été transférés aux Etats-Unis."

Tiens, tiens... Pour payer moins de taxes, vos bénéfices ou votre salaire, vous avez pu les envoyer aux Etats-Unis?

Commentaires

Uh, tu veux bien? Fais-moi plaisir, l'As, dis aussi que les taxes n'ont pas le droit d'exister.

Écrit par : Ben | 09/03/2009

Bonjour Ben, cela me semble un sujet fort complexe, trop en tout cas pour être tranché en une seule phrase.

Voici quelques réflexions sur la question :

- les taxes obligatoires sont un reflet des régimes de sujétion qui existaient dans le monde entier sous ce qu'on pourrait appeler l'Ancien Régime; le monopole de l'exercice de la force était leur justification.

- le niveau de taxation actuel est incroyablement plus élevé qu'il ne l'a jamais été dans les sociétés traditionnelles, non démocratiques.

- la taxation "payez ce que vous consommez" me semble la plus défendable - pour peu que là aussi existe une véritable situation de concurrence.

- néanmoins, dans certaines des activités trustées par ce que politiciens et gens de l'état appellent l'état, les alternatives existent mais paraissent difficilement compatibles avec une société où le financement se ferait uniquement sur une base volontaire entraînant la notion d'épargne; exemple : la défense du territoire contre les intrusions ennemies; mais ce sujet seul est bien plus vaste que le seul champ d'un commentaire sur Skynet.

Bref : ce n'est pas impossible, mais néanmoins fort difficile.

Écrit par : l'as | 10/03/2009

Même toi, tu n'as pas ma simplicité salomonesque, l'As "cela me semble un sujet fort complexe, trop en tout cas pour être tranché en une seule phrase"

Les taxes sont intrusives; l'intrusion est illégale donc les taxes sont illégales.

Tu vois que c'est tranché en une seule phrase, l'As.

Écrit par : Ben | 10/03/2009

Bonsoir Ben, "la taxation "payez ce que vous consommez" me semble la plus défendable - pour peu que là aussi existe une véritable situation de concurrence." Voilà une taxation qui ne serait pas intrusive. Mais serait-ce encore une taxation?

Écrit par : l'as | 10/03/2009

Les commentaires sont fermés.