28/03/2009

Crime de négationnisme (climatique)

Pendant mon absence (je ne suis pas encore de retour, mais déjà capable d'écrire ici), un certain Bill avait laissé ce message  (clic)

"question

en parcourant ce merveilleux blog, une question me vient à l'esprit... tous ces liens sur de merveilleuses théories pseudo-conspirationnistes au sujet du réchauffement climatique sont ils juste un moyen de se déculpabiliser pour rouler sans complexe à tombeau ouvert ? ces mises à jour si précises sur tous les radars routiers sont elles le résultat d'une réelle passion pour nos chères autorités ou simplement une grande solitude couplée à un ennui profond ?...
mon ami est mort sur la route la semaine dernière... apparemment certains pensent que la route leur appartient... c'est triste...

Bill

mailto:ride-180@libertysurf.fr "

Que répondre à Bill?

Que je ne suis pas surpris que son ami ou amant soit mort sur la route? En effet, parmi tous les critiques qui postent ici, une si large majorité se targue d'avoir perdu un être cher à cause de ce que, aidés par les épithètes homériques de la presse, ils appellent des chauffards, que je me demande parfois si on ne nous ment pas : il ne doit plus y avoir que cinq millions d'habitants en Belgique.

Ou encore, pourrais-je lui dire qu'il n'a visiblement pas lu mes articles, ni même effleuré les "théories pseudo-conspirationnistes sur le réchauffement climatique" que j'ai mises en liens sur "la route nous appartient"? Craignait-il d'y perdre ses belles certitudes? En étant confronté à des avis scientifiques, entre autres? Et dois-je en conclure lapidairement que "c'est triste..." - pour lui?

Ceci dit, les dieux sont dotés d'un sens de l'humour impénétrable au commun des bigots. J'ai vérifié les dates : à peine avait-il mis en doute la validité de ces avis, sans même y avoir jeté un oeil, que la presse belge relatait ceci : "30 camions bloqués sur la E42 à cause de la neige"  lisez ici (clic)

media_xl_881055

"Un fait vaut mieux qu'un Lord Maire", disaient les Anglais à une époque où ils disposaient encore de leur bon sens. C'est à dire : même les théories les plus séduisantes s'effacent devant la réalité.

C'est cette dernière qu'il faut préférer.

Les commentaires sont fermés.