23/04/2009

Chaos sur les routes belges en 2030

pxy_30591032_26510589

Etienne Schouppe - la nullité qui a ruiné la SNCB, mais est politiciennement assez puissante pour que personne ne le lui reproche - l'a annoncé : en 2030, le chaos règnera sur les routes de Belgique. C'est une enquête toute chaude et aux conclusions évidemment incontestables du bureau du plan (chouette, les polytocards belges nous ont doté d'un politburo, à l'instar de cette autre merveille d'efficacité : l'URSS) qui l'a indiqué.

Cette prophétie invérifiable n'a qu'un but : préparer les chers zautomobilistes à toute une batterie de nouvelles taxes.

Commentaires

Sprotch ! Il était une fois un clebs qui gardait les moutons pour qu'on les tonde. Comme le clebs n'avait jamais été piétiné à mort par un déferlement de moutons en colère, il croyait stupidement que ça ne pourrait jamais arriver. Puis un jour, sprotch! Le clébard, honteux et confus, jura mais un peu tard qu'on ne l'y reprendrait plus.

Écrit par : Ben | 23/04/2009

Cher As,
Si les taxes sont suffisantes, le nombre d'autos sur les routes diminuera.
Toute la difficulté est de bien doser: pas assez de taxes et tout est embouteillé.
Trop de taxes et il n'y aura plus assez d'argent pour payer les fonctionnaires, les politiciens, les cultes, la Famille Royale et les musées sans visiteurs!
Amitiés

Écrit par : Armand | 23/04/2009

ah oui ça va être gai ! déjà que maintenant ça n'avance pas,y a des fois ou tu va plus vite à pieds :))
mais j'ai vaguement entendu ils ont une solution...taxer un peu plus les automobilistes :P
Bonne fin de soirée l'As
biZZ

Écrit par : bio | 23/04/2009

Bonsoir Ben, tu le sais : ce qui importe n'est pas le chien, mais son maître politichien.

Bonsoir Armand,
ah! là, là : une taxe est nécessairement inique; elle commence par condamner chacun à payer pour un paquet de services et de biens, dont l'imprécision permet toutes les dérives. Elle continue en passant pour une fatalité en perpétuelle inflation, dont le rappel de la finalité n'est même plus requis pour l'arracher. Elle finit par être utilisée comme une arme par polytocards et gens de l'état contre ceux qu'ils appellent leurs administrés - avec méchanceté.

A ce moment, une taxe ne sert plus à financer un service ou un bien, mais à imposer une exaction de ceux qui disent servir le peuple à ce dernier.

Bonsoir bio,
taxez, taxez : il en restera toujours quelque chose...
;o)

Écrit par : l'as | 23/04/2009

Les commentaires sont fermés.