16/06/2009

Jésus Christ en Wallonie

Jesus Christ Superstar

Bonjour!

Vite, cette blague qui m'a été racontée par un Tournaisien :

Trois amis - un Anglais, un Français, et un Wallon (de Tournai, si vous préférez) sont assis à une terrasse de café.

-"Vous avez vu ce type-là? demande l'Anglais. Son auwéole, ses dwaps de lit, ses blessuwes aux mains : je suis sûw qu'il s'agit de Jésus Chwist.

"-"Seigneuw, dit-il au quidam, dont il s'est approché. Excusez-moi de Vous impowtuner, mais est-ce que vous ne pouwwiez pas...? " lui demande-t-il en lui montrant son dos.

-"Bien sûr, mon fils, lui répond Jésus en lui faisant une imposition des mains sur les lombaires. Aussitôt, miracle!, la douleur qui faisait souffrir l'Anglais depuis toujours disparaît.

-C'est sensationnel! Incwoyable! Un authentique miwacle! dit l'habitant de la perfide Albion à ses deux amis, après avoir remercié le Seigneur et les avoir rejoints à la terrasse de café.

-"Je vais tenter le coup, dit le Français, en quittant la table.

-Mon Dieu, dit-il à Jésus, comme Vous le savez, je souffre de migraines atroces depuis si longtemps que je ne me souviens pas d'une époque où cela ne m'arrivait pas. Surtout après avoir un peu trop apprécié les bons vins de France dont Vous nous avez fait cadeau. Serait-il possible de...?

-Pas de problème, mon fils, dit Jésus en lui touchant le front. Aussitôt, le mal disparaît. Le Français se confond en remerciements, puis rejoint la table où l'attendent ses deux amis. Il entreprend de tout leur raconter par le menu.

Et pourtant, malgré toutes ces merveilles, le Wallon reste impassible. Il regarde fixement le vide, semble ne pas prêter attention aux récits excités des deux miraculés. Une minute passe. Ses acolytes le regardent en biais. Deux minutes. Ils sont tellement surpris qu'ils ne disent mot. Cinq minutes. Jésus commence à s'impatienter. Dix. Il fait mine d'enlever quelques poussières qui salissaient Son auréole. Vingt. Il la tortille dans tous les sens. Une demi heure. N'y tenant plus, Il approche de la table où est assis le Wallon (de Tournai, je ne dois quand même pas le préciser à tout bout de champ, non?)

-"Ah! Vous, ça va, hein! lui lance ce dernier. N'approchez pas! Vous n'allez pas faire sauter le mois de congé maladie qu'il me reste à tirer!"

Commentaires

Salut, As. Ici à S'rin, quand on la raconte, on remplace le Wallon par un Italien...
;-)

Écrit par : Tony | 16/06/2009

Bonsoir Tony, je te rappelle (car c'est vrai) que c'est un hennuyer pure souche qui me l'a racontée. Et lui, qui se sent wallon jusqu'au bout des ongles (la seule pomme de discorde qu'il se reconnaisse avec ses congénères, c'est leur choix obstiné de ce parti dont le sigle ressemble à ce qui précède les mots de la fin dans toute lettre bien écrite), me l'a dite à peu près dans les termes où je l'ai rapportée ici.

Rien de plus savoureux qu'une blague juive racontée par des juifs, une histoire bruxelloise rapportée par un ketje de Bxl, ou... tu vois ce que je veux dire, pas vrai?

Écrit par : l'as | 17/06/2009

Ja! Pendant mes études de commerce, un étudiant originaire de Kinshasa racontait des blagues sur les noirs... c'était délicieux!

Écrit par : Tony | 17/06/2009

Les commentaires sont fermés.