19/06/2009

Ecologie : le pire fléau de ce siècle naissant (1)

http://www.beebarter.com/fichiers/ecologie2.jpg

L'écologie politique (ou écologisme politique) telle qu'elle nous est imposée est le pire fléau de ce siècle naissant. C'est une force de régression sociale, économique et politique qui repose sur une idéologie de prise du pouvoir.

Ceci dit, je copie/colle la définition d'écologie telle qu'on la trouve sur le site du dictionnaire du CNRS (centre national de recherche scientifique - France). Lisez-la attentivement, et demandez-vous ce qui cloche :

"ÉCOLOGIE, subst. fém.

A.− BIOLOGIE

1. Science qui étudie les relations entre les êtres vivants (humains, animaux, végétaux) et le milieu organique ou inorganique dans lequel ils vivent. Le siècle se termine avec les grands traités (...) qui ouvrent les voies à l'écologie ou science de l'action du milieu sur les êtres vivants (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 1, 1961, p. 440). L'écologie des protozoaires est déjà bien étudiée; le peuplement des divers biotopes (terre, mer, eau douce) et les adaptations morphologiques caractéristiques de chacun d'eux ont été analysés par de nombreux chercheurs (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 672:

2. Par extension : Étude des conditions d'existence et des comportements des êtres vivants en fonction de l'équilibre biologique et de la survie des espèces. On parle aussi parfois d'une biogéographie écologique ou écologie de la distribution géographique (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 682).

B.− Par analogie, Sciences Sociales [En parlant de communautés humaines] Études des relations réciproques entre l'homme et son environnement moral, social, économique. Les communautés et sociétés humaines vivent dans un environnement auquel elles s'adaptent et qui réagit sur elles. L'étude de ce processus complexe qui met en jeu les systèmes technologiques et l'organisation sociale, est l'objet de l'écologie (Golfin 1972). Écologie criminelle (Thinès-Lemp. 1975), écologie sociale (Willems 1970).

Rem. En compos. et dans des créations récentes écologie se réduit au 1er élément éco- (gr. : οι̃κος, « maison »); v. écotype; p. ext. écosystème. Ensemble des éléments naturels ou non composant l'environnement d'une espèce. Les écosystèmes peuvent être d'étendue très variable : une petite mare temporaire de quelques mètres carrés est un écosystème au même titre qu'une forêt de quelques centaines ou de quelques milliers d'hectares (P. Aguesse, Clefs pour l'écologie, Paris, Seghers, 1971, p. 20).

Prononc. : [ekɔlɔʒi]. Étymol. et Hist. 1910 (Actes du IIIe Congrès internat. de bot.,Écologie » comprend l'ensemble des relations existantes entre les individus végétaux ou les associations végétales d'une part et la station d'autre part (οι̃κος = demeure = station = milieu). L'Écologie comprend l'étude des conditions de milieu et des adaptations des espèces végétales, soit prises isolément − Autécologie −, soit réunies en associations − Synécologie, ou étude des formations" Bruxelles, vol. 1, p. 120 [Cr. des travaux de Paul Jaccard et Charles Flahault]"


Demandez-vous maintenant si on vous parle bien de science des relations entre les êtres vivants et le milieu dans lequel ils vivent chaque fois qu'on vous lance le mot écologie à la tête.

Demandez-vous si ceux qui n'ont que ce mot à la bouche pour commenter tout et n'importe quoi vous parlent bien par extension d'une "étude des conditions d'existence et des comportements des êtres vivants en fonction de l'équilibre biologique et de la survie des espèces", ou s'ils sont eux-mêmes occupés à faire ce genre d'étude.

Demandez-vous encore si, par analogie, ces propagandistes de l'écologisme politicien effectuent bien des "études des relations réciproques entre l'homme et son environnement moral, social, économique.

Dans 99,999999999999999% des cas, vous serez obligé de répondre NON.

Pourquoi?

Parce que les chantres de l'écologie politique n'ont pas la moindre idée de ce qu'est l'écologie scientifique. Ils n'utilisent ce mot que parce qu'il leur ouvre les portes du paradis pauvre qu'ils espèrent imposer à tous, en obtenant le pouvoir pour eux-mêmes.

Ils surfent sur l'amour vague des bestioles que des centaines d'années d'émissions gnangnan style "Le Jardin extraordinaire" ont insufflé aux téléspectateurs endormis du samedi soir, et sur la peur de pertes irrémédiables qu'elles convoient pour des raisons qui ont tout à voir avec les lois du spectacle.

Ils profitent de l'idée imprécise que les gens se font du mot "écologie", idée si floue qu'on peut lui faire endosser n'importe quel fantasme.

Les écologistes politiques ne sont pas des scientifiques.

Ils n'ont pas la moindre idée de ce qu'est cette branche de la biologie.

Et ils ne sont certainement pas des écologistes.

Commentaires

Inepties Bonjour,
je viens de lire les articles traitant écologie de votre blog et suis consterné par tant de bêtises de votre part. Manifestement, vous n'êtes capable que de copier/coller des définitions en vous faisant porte-parole d'une minorité de contestataires, simplement par pur sectarisme. Vous voyez des complots omniprésents (hypercritisme systématique) et n'êtes pas capable d'effectuer un retour, une analyse quelconque sur les sujets que vous survolez- de très haut d'ailleurs.
Bravo pour vos dons de courte-vue, vous n'êtes qu'un incapable, doublé d'un idiot puisque vous osez disserter sur des thèmes sur lesquels vous n'avez strictement aucunes connaissances.
C'est PITOYABLE.

A bon entendeur.

Écrit par : Dominique | 18/05/2010

Bonsoir Dominique, une seule réponse : ;o)

Écrit par : l'as | 19/05/2010

Les commentaires sont fermés.