27/12/2009

Opel Anvers : quand ferme-t-on?

Un projet de loi pour protéger le consommateur en cas de faillite

Que s'est-il passé, entre autres, durant mon absence?

L'année 2009, qui n'en a plus que pour quelques jours, a été riche en rebondissements dans le secteur automobile.

Comme je vous l'avais annoncé il y a un peu plus de trois ans, les trois principaux constructeurs américains ont failli passer l'arme à gauche. Chrysler a été racheté par Fiat, au prix de ses dettes. Ford surnage, après deux ans de production à perte. GM ne doit son sauvetage qu'aux subsides que les politiciens américains ont forcé les contribuables à lui accorder.

Pour subsister, GM doit fermer ses usines en perte, abandonner des marques prestigieuses mais ruineuses, vendre ce qui peut l'être. Oldsmobile a disparu depuis 2004. Saturn et Pontiac passeront aux oubliettes en 2010. Hummer (le véhicule préféré des écolos) a été cédé à Sichuan Tengzhong (Chine). Volvo passe dans l'escarcelle de Geely - encore des Chinois. Saab vient d'être racheté par le fabricant hollandais de voitures de luxe Spyker, après que le constructeur suédois de coupés d'exception Koenigsegg eût jeté l'éponge. Seul Opel reste dans le giron américain.
Pourtant, Magna était un acheteur sérieux. Malgré cela, les dirigeants de GM, un peu moins aux abois, ont décidé in extremis de ne pas vendre la marque allemande, considérant qu'elle recelait encore de la valeur. Sans doute la générosité forcée des contribuables allemands les a-t-elle aidés à prendre cette décision. Générosité forcée par la chancelière Angela Merkel, évidemment.
Suite à la faillite de GM, il a longtemps été question que l'usine Opel d'Anvers ferme ses portes. Vétuste et sous-capitalisée, elle n'est plus vraiment rentable. Si cela n'est pas encore arrivé, il faut sans doute en attribuer le "mérite" aux politiciens flamands, et peut-être même fédéraux, qui ont sûrement dû concéder à GM des remises de taxes et autres privilèges pour qu'on continue à y assembler des voitures d'un coût de revient trop élevé.

A combien s'élèvent ces cadeaux, accordés aux dépens des contribuables et des entreprises belges? Il n'est pas dans les habitudes des démocrates de ce pays d'informer leurs électeurs de ce genre de détails.

La fonction des élus, c'est de jeter l'argent par les fenêtres, et celle des travailleurs, c'est de payer.

Combien de temps l'usine Opel d'Anvers restera-t-elle ouverte?

Depuis qu'existe la libre circulation des biens dans l'union européenne, il subsiste peu de raisons d'assembler des produits coûteux sur des marchés de petite taille. Les avantages salariaux ou fiscaux en sont deux. Or, il faut reconnaître que la Belgique ne présente plus ni les uns, ni les autres. A ce point de vue, l'Europe de l'Est est autrement compétitive. Peugeot a quitté la Belgique depuis longtemps déjà. Tout le monde se souvient du psychodrame qu'on nous a joué lorsque Renault a quitté Vilvoorde. VW s'est débarrassé de l'usine de Forest auprès de sa filiale Audi. Combien de temps encore assemblera-t-on des voitures très peu rentables chez Ford Genk, Opel Anvers, ou Audi Forest? Probablement plus très longtemps. D'autant qu'en 2009, la production de ces trois usines a périclité de 25% en moyenne.

On peut donc penser que ces usines obsolètes ne tiennent plus qu'à coups de subsides relativement secrets, qui leur sont concédés par des politiciens belges aussi timorés qu'illogiques.

Commentaires

C'est la tiers-mondialisation.

Écrit par : Ben | 27/12/2009

Opel Anvers, obsolète?! T'es toujours aussi mal informé l'as. L'usine d'Anvers a été reconnue plus rentable que celle de Bochum. Vois sur le site.http://trends.rnews.be/fr/economie/entreprises/12-1634-48945/magna--tue--opel-anvers---pourquoi-il-pourrait-le-regretter.html

Écrit par : Berny | 27/12/2009

Tiens, bonsoir Berny, alors, tu fréquentes encore ce repaire d'abrutis?

Écrit par : l'as | 27/12/2009

Bonjour, As. La violence fiscale a invalidé la compétitivité de l'industrie Belge. Cette violence est faite à tous les niveaux de l'économie et si on en croit la montée des chiffres des faillites, elle fait rendre gorge à tous les prétentieux qui fantasment de travailler et créer des richesses et qui, contrairement aux industriels, n'ont pas toujours la possibilité d'assurer leur survie en s'expatriant.
Au nom de quoi?
Elector a les yeux fermés et l'esprit pris en otage par la superstition socialiste et ses appâts.
J'aimerais être plus positif mais je n'arrive pas à imaginer de revirement radical.

Écrit par : Tony | 28/12/2009

bonjour l'as. Bien oui, cela me plaît de te donner la réplique et d'essayer de te contredire. sans rancune. A bientôt

Écrit par : Berny | 28/12/2009

Obsolescence d'Opel Anvers En 2008, on a assemblé 132426 Opel Astra à Anvers, avec un staff total d'un peu plus de 3000 employés, soit environ 44 voitures par employé et par an. La même année, 3950 employés en tout ont monté 270000 Yaris chez Toyota Valenciennes, soit 68,35 voitures/employé/an.

La différence?

Le niveau d'investissement en machines.

Pourquoi GM n'investit-elle plus assez à Anvers, alors qu'elle le fait toujours ailleurs? Parce qu'ailleurs, c'est beaucoup plus rentable (avantages salariaux et fiscaux).

Que Trends (magazine flamand dont le responsable actuel est aussi flamingant) fantasme, pour flatter sa clientèle flamande, en comparant deux usines l'une à l'autre, et que son staff en tire la conclusion qu'il existe encore un degré supérieur d'obsolescence - à Bochum - est une chose, mais les gens bien informés et qui se donnent la peine de réfléchir ne sont pas dupes de ce tissu de flatteuses âneries.

Écrit par : l'as | 28/12/2009

Les commentaires sont fermés.