05/01/2010

Violences sexuelles : une plainte sur dix... seulement?

L'agence belga nous fait savoir que "La police et la justice regrettent que 90 pc des délits sexuels commis en Belgique ne soient jamais déclarés." (Puisqu'ils ne sont pas déclarés, comment peuvent-ils être sûrs de ce nombre?)  "Si une plainte est déposée, il n'y a généralement pas d'enquête et l'auteur s'en tire impunément.
 
"En 2006, il y a eu une plainte pour 3 pc de tous les cas de délinquance sexuelle. En 2008, on atteignait les 7 pc. Mais ce n'est encore que la partie visible de l'iceberg", affirme la police fédérale.
 

La Justice regrette le faible taux de plaintes, notamment parce que les auteurs de violences ne sont jamais inquiétés et peuvent dès lors éventuellement faire de nouvelles victimes. Convaincre les victimes de porter plainte est son nouvel objectif.
 

"Les assistants sociaux doivent être poussés à dénoncer ce type de délits ou à convaincre les victimes de se rendre à la police", ajoute-t-on."

Très curieuse nouvelle : alors que les juges ne sont pas fichus de traiter les dossiers actuels, comment croire qu'ils pourraient s'occuper des 90% de l'iceberg qu'ils estiment leur échapper?

(Pour rappel, la voiture d'amis a été vandalisée il y a trois ans. Les flics ont relevé l'identité du vandale sur place. Celui-ci a avoué, mais il était "insolvable". Mes amis ont vendu leur véhicule entretemps. Ils n'ont évidemment jamais reçu l'argent des dégâts occasionnés, ni même entendu parler de la plus petite réaction de la part du parquet, qui serait pourtant "capable de se charger de 90% des affaires sexuelles non déclarées").

Qui a décidé de faire parler de lui - ou d'elle - en lançant ces infos bidon?

Commentaires

Ici Seraingrad, à vous Bruxelberg! Dans le cas de tes amis, puisque l'auteur des dégâts est identifié, le fond commun de garantie automobile devrait indemniser puis se retourner contre l'insolvable... en vain, bien sûr, mais quoi qu'il en soit, les victimes devraient revoir leurs deniers... Sinon, on reprend de dossier et on fait fifty-fifty?
;-)

Je me demande ce que signifie "délit sexuel".
Juste pour savoir jusqu'où je peux aller, des fois que le Sicilienne retrouverait ses esprits et me colle un avocat sur le dos...
:-)

Écrit par : Tony | 05/01/2010

Cher As,
Contre les violences, je suis partisan de lois efficaces avec usage de la préventive.
Quand c'est sexuel, on confisquerait le zizi concerné et on le placerait dans un bocal de formol jusqu'à la fin de la procédure.
Cela désengorgerait les prisons... Mais, attention aux vols dans les greffes des tribunaux où les armes des crimes sont conservées.
Amitiés.
P.S. Un direct du droit est-ce vraiment une violence sexuelle ou cela fait-il partie de jeux sexuels à proscrire?

Écrit par : Armand | 05/01/2010

Les commentaires sont fermés.