06/01/2010

Les écologistes ont peur de la nature

"La chasse au loup divise la Suède" apprenons-nous.

De quoi s'agit-il?

Il y a quelques années, les "spécialistes de l'ingéniérie écologiste" suédois avaient poussé le gouvernement de ce pays à réintroduire un petit nombre d'exemplaires du prédateur. Motif probable : limiter naturellement le nombre de cervidés. Motif réel? On peut supposer qu'il s'agissait dans l'esprit de ces grands naïfs de défendre des animaux parmi les plus mal aimés, et de montrer aux humains quelle est leur place, dans l'espoir de recréer les conditions d'une sorte de Nouvelle Alliance avec les forces chtoniennes d'une Nature imaginaire.

Entretemps, les loups se sont multipliés (on estimait qu'il en existait plus ou moins 240 sur tout le territoire) et on commençait à en voir rôder dans les faubourgs de la capitale, Stockholm. Le gouvernement (dont la prétention la plus dangereuse - comme tous les gouvernements - est sa prétendue capacité à prévoir l'imprévisible) a annoncé qu'il fallait en abattre +- 27.

Raison? "La principale raison de cette décision est d'augmenter la tolérance de la population à la présence des loups en Suède en limitant leur nombre", avait déclaré la directrice de la cellule chargée des animaux sauvages au sein de l'autorité environnementale, Susanna Löfgren."

Les permis de chasse distribués, 28 loups (et non 27) auraient été tués. Aussitôt, les associations de primitifs écologistes ont hissé le drapeau noir sur la marmite, et dénoncé ce carnage inacceptable.

"La chasse était complètement incontrôlée, le quota a même été dépassé en Dalécarlie, des milliers de chasseurs étaient autorisés à participer aux battues", dénonce Mikael Karlsson, président de la Société suédoise de conservation de la nature, qui a déposé plainte contre la Suède devant la Commission européenne." (Vive, vive la commission européenne, qui bientôt, comme le Guépéou, devra s'occuper de tout, du Pape et des poux - pour paraphraser le grrrand poète surréalisto-communisto-gay Louis Aragon)

Sentant que les esprits s'échauffaient, le gouvernement suédois a aussitôt changé son fusil d'épaule (quelqu'un voit-il un parallèle à tracer entre cette attitude et d'autres, que nous rencontrons ici?) et a annoncé que la chasse n'avait pas pour but de rassurer la population suédoise (la galeuse!), mais, au contraire, l'exclusif bien-être des loups eux-mêmes : "Le sinistre de l'environnement Andreas Carlgren "dit que la chasse doit mettre un terme à la consanguinité dans les meutes suédoises (...) C'est du baratin", dénonce le journal populaire Aftonbladet.
 
"Si les vraies inquiétudes du ministre étaient les malformations cardiaques, du dos et des reins chez les loups, la chasse aurait été organisée différemment, peut-être sous une forme plus protectrice"."

Ce que je retiens de tout cela?

-1) contrairement à ce qu'ils croient, les politiciens sont incapables de prévision;

-2) ils mentent sans remords pour se tirer de ce qu'ils considèrent comme un mauvais pas;

-3) sous la contrainte de pseudo-écologistes, ils favorisent les animaux, au détriment de la population et des éleveurs;

-4) les écologistes politiques ont peur de la nature. Ils ne font pas confiance à ses mécanisme d'auto-régulation, et croient devoir se substituer à elle pour suppléer à ce qu'ils croient être ses manquements (dans notre exemple, les loups malformés, qui laissés à eux-mêmes disparaîtraient tous seuls) .

C'est pourquoi je parlais de "spécialistes en ingéniérie écologiste" : ils ont la prétention d'être supérieurs aux équilibres naturels, mais ne sont en fait que des naïfs profitant de la crédulité d'une fraction des électeurs.

Les commentaires sont fermés.