07/01/2010

Grippe mexicaine et OMS : le scandale prend de l'ampleur 1

http://com-media.univ-paris8.fr/proto08/cvg1/melkonian/img_experiences/canard.jpg

Bonjour!

Comme Nul (l'un de mes commentateurs) l'avait suggéré, lire "Les monologues du vaccin" dans Le Canard Enchaîné de cette semaine vaut son pesant de fiel.

De quoi s'agit-il?

Roselyne Bachelot, sinistre française de la santé, s'y fait critiquer pour sa gestion bien trop OMS correcte de la grippe A H1N1 - dont tout le monde a entendu parler, mais que personne n'a vue.

Comme notre Lolo fédérale, elle a senti l'occasion de se muer en Sauveuse de l'Humanité (ou au moins des Français) en commandant 94 millions de doses de vaccin contre cette grippe aussi bénigne qu'évanescente, au prix d'ami de 1 milliard 530 millions d'euros, plus quelques cacahouettes.

Patatras! Les Français (plus critiques que certains ne l'auraient voulu) ne l'ont pas suivie dans ses délires : ils n'en ont consommé que 4 à 5 millions de doses, lui laissant le reste sur les bras. (Combien de vaccins notre Lolo Fédérale est-elle parvenue à fourguer aux éternels anxieux et autres malades imaginaires? Notre presse libre et bien informée ne nous l'a pas dit).

Comme le scandale grandit (c'est le président de l'assemblée européenne, l'Allemand Wolfgang Wodarg, qui l'a qualifié en ces termes  "l'un des plus grands scandales médicaux du siècle"), malgré que les journalistes francophones eussent tenté par tous les moyens de l'ignorer, Roselyne Bachelot a essayé de faire croire qu'elle avait décommandé 50 millions des doses retenues dès novembre 2009, alors qu'elle vient à peine (le 4 janvier) d'envoyer une lettre de suppression de sa commande aux entreprises pharmaceutiques concernées. (Ouh! la vilaine menteuse!) Chez nous, Lolo a fait savoir qu'elle ne décommanderait pas les doses restant à livrer, mais les stoquerait (sans tenir compte des mutations, habituelles aux virus grippaux) et ferait don (à nos frais) de 10% d'entre elles à des pays en voie de sous-développement qui restent à préciser. (Cuba? La Corée du Nord? Le Vénézuéla?  La Bolivie?)

Puisque c'est l'OMS qui a monté la campagne de pub destinée à vendre la grippe mexicaine, on en est maintenant à demander comment cette vertueuse institution a pu se lancer dans une telle aventure. On dit désormais que le "Comité d'Urgence pour la grippe A" de l'OMS a des accointances avec les grosses firmes pharmaceutiques productrices du vaccin, et que d'éventuels liens économiques les lient à elles.

C'est fort possible. Mais accuser les 18 membres du comité est passer un peu vite sur la responsabilité de l'OMS elle-même.

L'OMS est une émanation de l'ONU (vous savez : cette organisation pilotée par les USA, qui avait pour but de mettre fin à toutes les guerres mais n'en a empêché aucune, et s'occupe désormais de menaces fantômes et rémunératrices, telles que le réchauffement d'origine humaine). Elle fonctionne en partie grâce aux subsides des états affiliés, et en partie (de plus en plus grande) grâce aux recettes que lui rapportent ses représentants du commerce de la santé.

Dès lors, comment s'étonner de sa recherche effrénée de la maladie qui marche, de la pandémie ultime, du cataclysme définitif qui rapporte gros?

Pourquoi croire que les 18 du Comité sont les seuls fautifs, alors que l'OMS dans son ensemble est devenue une organisation de baroud médical, prête à tout pour instiller aux peuples du monde la peur de la maladie qui assurera ses recettes?

Commentaires

Nazillons-Unis

Écrit par : Ben | 07/01/2010

Mwouais! Je me réjouis de voir à quoi vont mener les déclarations de Wodarg?

Écrit par : Tony | 07/01/2010

Les commentaires sont fermés.