19/01/2010

Le secteur public se tue au travail et vit de peu - à nos frais

Bonjour!

Dimanche, j'ai assisté (après le reste) à une réunion de famille. C'était sympa, tout le monde présent étant là pour passer un moment aussi agréable que possible.

Lors de cette rencontre, mon épouse discuta avec une nièce que nous savions enceinte. Néerlandophone, celle-ci est infirmière dans un grand hôpital de la périphérie flamande de Bxl. C'est une jeune femme d'abord charmant, toujours souriante et visiblement très heureuse de son état de future mère.

Depuis deux mois (elle en est au 5ème), elle ne travaille plus. Mon épouse lui demanda quand elle reprendrait ses activités professionnelles, et comment elle s'arrangerait.

-"Je vais passer en service à mi-temps, tante.

-Et ça ne sera pas trop dur, financièrement?

-Oh! non : en tant qu'employée de l'état, après une naissance j'ai le droit de prester un mi-temps pendant six ans et de percevoir 90% de mon salaire normal.

-Ah! bon. Si tu le fais, ça n'aura pas d'impact négatif sur ta carrière?

-Pas du tout : au bout de ces six années, l'hôpital est obligé de me reprendre à mon ancien poste, sans que je ne perde la moindre année d'ancienneté.

-Tant mieux. Pour toi. Et... tu vas t'en tenir à un seul enfant?

-Non, tante : j'en ferai un deuxième endéans les deux à trois ans. Comme ça, je pourrai prester un mi-temps payé 90% d'un plein temps, sans perte d'ancienneté, pendant 9 ans."

Pas mal, non?

A moins d'être vous-même employée de l'état, disposez-VOUS de tous ces avantages, discrètement accordés par notre Nouvelle Noblesse politicienne aux 800.000 fonctionnaires qui forment à la fois sa clientèle préférée et l'un des piliers du pouvoir?

Lorsque nous avons appris en 2009 que les employés de l'état allaient être augmentés de quelques pourcents, de même que les enseignants (qui ne travaillent que 21 heures /semaine en horaire complet), personne n'a rien dit. Ensuite, les fonctionnaires européens ont eux-mêmes exigé une augmentation de 5%. Enfin, en guise de voeux de fin d'année, le gouvernement impavide a annoncé à tous les travailleurs du secteur privé qu'en raison d'un taux d'inflation négatif (qu'il est le seul à constater), ils devraient se contenter d'un salaire moins élevé en 2010, de même que les propriétaires qui devraient diminuer leur loyer dans la même mesure.

De qui les gens de l'état et les politiciens se fichent-ils? C'est avec VOTRE argent qu'ils se font des cadeaux les uns aux autres. C'est exclusivement VOTRE sueur qui leur permet de (très bien) vivre.

Commentaires

Bonjour, As. Ceux qui pondent ces "avantages" qu'ils nomment droits s'assurent de la complicité de milliers d'électeurs qui tombent dans la dépendance de ce système. C'est la stratégie du social...

Écrit par : Tony | 19/01/2010

Bonjour Tony, tu as raison. Mais il est important de relever ce genre de cadeaux faits au détriment des vrais travailleurs, pour que l'hypocrisie ne l'emporte pas.
De toutes façons, je pense que cette situation scandaleuse ne durera plus très longtemps. La réalité économique finit toujours par s'imposer.

Écrit par : l'as | 19/01/2010

Ce sera une chamaillerie entre enfants, mais une guerre entre adultes La poursuite des privilèges? Mettez deux enfants en présence l'un de l'autre. Donnez à un d'eux un cadeau meilleur qu'à l'autre, et observez le résultat.

Écrit par : Ben | 19/01/2010

Allégorie de "notre histoire"... on ne s'aimait plus comme avant... alors la société et moi, on a divorcé.
Tu sais quoi? Depuis, nos rapports sont plus sereins car mes "désirs" ne passent plus pour de l'infidélité.
;-)

Écrit par : Tony | 19/01/2010

Un divorce unilatéral, ça s'appelle une répudiation.

Écrit par : Ben | 19/01/2010

en tant que fonctionnaire j'ai bien egalement été diminuer dans mon salaire... comme quoi...

Écrit par : mica | 20/01/2010

Bonjour mica, plains-toi à qui de droit : il n'est pas normal que les autres soient augmentés et toi pas.

Écrit par : l'as | 20/01/2010

non je travaillerais d'autant en moins mdr!!!

Écrit par : mica | 20/01/2010

Les commentaires sont fermés.