29/01/2010

Souvent l'ONU et l'OMS nous trompent

Bonjour!

Le propre de la science, c'est d'être en perpétuelle révision. La vérité d'aujourd'hui sera l'erreur de demain, si l'expérience montre qu'il en était ainsi.

Ce qui sème la confusion dans l'esprit des gens, c'est que :

-1) les accomplissements scientifiques sont gigantesques, et respectables;

-2) la distinction entre hypothèses et connaissances vérifiées est généralement floue dans l'esprit des non-spécialistes;

-3) les médias généralistes relaient de plus en plus - et mal - les nouveautés scientifiques;

-4) ces dernières sont parfois détournées à des fins politiciennes.

Ces dernières années, l'ONU et l'OMS (organisation mondiale de la santé - une émanation de l'ONU) ont souvent présenté des hypothèses scientifiques comme si elles étaient des connaissances avérées. Pourquoi?

Parce que la peur engendrée leur permet de récolter plus d'argent, et de préparer le terrain pour obtenir plus de pouvoir. Le but ultime de l'ONU est la mise sur pied d'un gouvernement mondial exercé par ses fonctionnaires non élus.

Dans ce cadre, la nouvelle suivante est un nouveau coup d'épingle donné à l'inefficace OMS :

"Les seniors grassouillets vivent plus longtemps

Les septuagénaires en surpoids courent moins de risques de décéder dans les dix ans que ceux dans le même groupe d'âge ayant la ligne, selon une étude Australienne commencée en 1996, avec 4.677 hommes et 4.563 femmes âgés de 70 à 75 ans, suivis pendant dix ans ou jusqu'à leur décès.
 
Outre leur indice de masse corporelle (IMC), les chercheurs ont pris en compte leur état de santé et leur mode de vie. A la fin de l'étude, il est ressorti que ceux ayant un IMC les classant dans la catégorie des personnes en surcharge pondérale avaient une réduction de 13% du risque de décès dans les dix ans par rapport à ceux avec un IMC normal.
 
"Ces résultats confortent des observations selon lesquelles les normes de masse corporelle établies pour les personnes âgées par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) sont exagérément restrictives", juge le Dr Leon Flicker de l'université de Western Australia, principal auteur de ces travaux parus dans le journal de l'American Geriatrics Society. "Il serait peut-être temps de réviser les normes de l'indice de masse corporelle de l'OMS pour les personnes âgées", ajoute ce médecin.

Commentaires

Bonjour, si ça ne se gâte pas. J'avais lu cet article hier et il m'a étonné. Alors, j'ai pensé ceci: les gens en bonne santé, qui n'ont jamais mal nulle part, etc, croient ne pas avoir de bonne raison d'être médicalement suivis. Un peu comme ceux qui attendent la panne de l'auto pour passer au garage.
Mes parents, par exemple ont tous les deux été sauvés par leurs infarctus: ayant eu la chance d'y avoir survécu, ils ont adopté une meilleure hygiène de vie, ont définitivement renoncé au tabagisme, font des analyses de sang tous les trimestres et sont d'une manière générale plus à l'écoute de leur corps.
Combien de fois n'a-t-on pas entendu dire : "ce type avait une santé de fer et est tombé d'un coup..."
Si le gras était l'élixir de jouvence, ça se saurait...
;-)

Écrit par : Tony | 29/01/2010

Alors toi aussi tu es un parano de la conspiration du Nouvel Ordre Mondial, l'As? J'ai toujours été irrité qu'on appelle "obèse" une personne n'ayant qu'un léger surpoids, alors que l'obésité est un excès grave et invalidant. Tel gratte-papier de la presse instituée écrit que tel pourcentage énorme des enfants sont "obèses" alors qu'ils sont juste un peu enveloppés. C'est évidemment un prétexte pour les fliquer, eux et leurs parents, jusque dans leur foyer et leur assiette. (Je ne dis pas ça pour moi; on voit mes abdos :-) ).

Écrit par : Ben | 29/01/2010

Ben se défend d'être gros... C'est à cause d'Amadeus qui, de passage à Seraing, lui dit qu'il l'imaginait petit, rondelet, rougeaud et dégarni... alors qu'il ressemble à Mr Spock!
;-)
Si on sonne à ma porte, je n'ouvre pas^^

Écrit par : Tony | 29/01/2010

LA MEDECINE… …et les médecins…
J'ai pas mal travaillé avec le secteur pharmaceutique…
La médecine est une science quand vous osez poser une question pertinente à un médecin et un Art quand vous lui prouvez qu'il se trompe… "la médecine n'est pas une science exacte", vous dit-il alors. L'homme de l'Art n'est pas un scientifique… exact.
Ceci étant posé, on peut quand même constater que le pharmaceutique qui dérive du paradigme un mal->un médicament… montre ses limites depuis longtemps. Et si l'homéopathie est aussi inopérante que le dit la faculté, elle pourrait au moins remarquer que… si elle agit dans beaucoup de cas, c'est qu'il n'est pas nécessaire de mettre des substances actives dans les médicaments pour soigner un patient! Dès lors… qu'est ce qui vaut mieux? Une substance pas nocive qui soigne ou une substance active qui vous transforme en effet secondaire de la médecine?

Et c'est ainsi que je prouve si besoin était que Ben est un beau mec sympa! J'ai un peu perdu le raisonnement en cours mais la conclusion est juste! J'approuve donc Tony! Je m'étais trompé. Et je ne dis pas ces choses uniquement parce que ma porte ferme mal en ce moment.

Bon, je prépare mon arnica… On ne sait jamais.

Écrit par : Amadeus | 29/01/2010

'soir Tony, ce n'était pas vraiment le sens de mon aticle, comme tu le sais : souvent l'OMS se trompe et nous trompe...

Bonsoir Ben,
traiter le particulier comme s'il était le reflet du général : voilà qui donne de l'ascendant!

Pour le reste : pas de conspiration; juste des tentations totalitaires.

Bonsoir Amadeus (ou Marcamé? ;o) )
Vas-y! Continue! Comme Lolo est l'une de mes plus fidèles lectrices (elle a confié à son Marc de mari qu'elle ne pouvait s'endormir sans avoir lu ce qu'on disait d'elle sur "la route nous appartient"), insiste, persiste et enfonce le clou : elle est justement à la recherche du Médicament Ultime - celui qui ne coûte rien, mais peut être vendu très très cher parce qu'il est la panacée, le produit chimique miracle capable de soulager tous les maux.

Tu viens de lui en filer l'idée : bientôt, en Belgique, on sera tous abonnés aux placebos!

Écrit par : l'as | 30/01/2010

AH PARLEZ-Y MOI PAS… …de ces deux là, hein! Lolo qui parle en grimaçant comme une fillette de 7 ans qui fait des pâtés de sable et son mari opportuniste jusque dans le dernier poil de sa barbe en devenir… Ah que parlez moi pas de ces deux là. Tropopportunistes… Je suis sterné par les cons. Cerné, concerné et circonsterné par les deux bouts, voulais-je dire.
Tu m'as fait peur. Je veux bien lui enfiler des idées… mais rien de plus.
Bon, je m'en vais sucer le fond de ma boîte vide de Prozac…

Écrit par : Amadeus | 30/01/2010

Les commentaires sont fermés.