03/02/2010

Joëlle Milquet : vers une nouvelle crise

Au secours : Joëlle Milquet communique avec l'au-delà pour nous remettre dans la panade!

Jowelle Mickey est une reine de la comm : chaque jour, elle doit y aller de son petit refrain publicitaire, afin que les chers zélecteurs n'oublient pas à qui ils doivent leur déplorable situation.

Aujourd'hui, elle nous a pondu un plan anti-crise bien réjouissant : comme la Belgique exercera à nouveau la présidence de l'union zeuropéenne (tiens! Ce n'était pas Van Rompuy qui avait été élu à ce poste? Mais alors, l'union a été atteinte par le mal belge? Elle compte autant de présidents que nous de sinistres?), grâce à Dieu sa capacité de nuire est intacte.

Jowelle en profite donc pour nous communiquer le résultat de ses cogitations, qu'elle espère imposer à l'Allemagne, l'Angleterre et la France :

-1) si tout allait comme notre Mickey le désire, il serait désormais interdit de délocaliser une entreprise à l'intérieur de l'union pour raison de meilleur rapport qualité/fisc. Un seul type de délocalisation lui semble acceptable : en Chine, au Vietnam, au Maroc, bref, partout sauf dans l'union!

-2) elle voudrait imposer la discrimination positive - qui a fait ses preuves dans l'enseignement, par exemple - dans les entreprises : celles-ci devraient engager de préférence des chômeurs de profession, plutôt que des travailleurs accidentellement au chômage;

-3) Et comme elle a réponse à tout, notre Mickey veut qu'on rediscute l'âge de la retraite, ainsi que le taux d'emploi des plus de 50 ans, car sinon, reconnaît-elle, la Pyramide de Ponzi des pensions risque de s'écrouler. En clair : elle veut imposer du travail à ceux que 50 ans de socialisme triomphant en ont dégoûté, et aussi reporter à 70 ans la date limite d'entrée en pension.

Notre Mickey, en bonne sinistre du chômage, ne s'est pas encore rendue compte du fait qu'aucune loi, aucune charge "sociale" supplémentaire ne créent de l'emploi. Des esprits malsains disent même que c'est tout le contraire. Elle veut donc instituer un cadre légal permettant aux plus de 50 ans de trouver plus facilement le travail qui, grâce à elle, n'existera plus, et aux travailleurs de 65 ans d'être spoliés des cotisations de retraite auxquelles les politiciens les ont forcés à souscrire.

Commentaires

"interdit de délocaliser une entreprise à l'intérieur de l'union pour raison de meilleurs rapport qualité/fisc." C'est du gros n'importe quoi!
Il ne serait pas plus facile d'alléger la fiscalité et diminuer le coût du travail pour rendre le prix de revient du "made in Belgium" plus compétitif?
Non, bien sûr! Tout, mais pas ça! Résoudre les problèmes consisterait en une perte de pouvoir, une fragilisation de leur fond de commerce!
Autre chose, si on interdit la délocalisation pour raison qualité/fisc, est-ce que les travailleurs de l'union pourront encore immigrer librement ou leur gouvernement d'origine devra délivrer un document attestant leur degré de sauvagerie par rapport au Royaume Enchanté?

Écrit par : Tony | 03/02/2010

Et si on délocalisait la mère Milka ??? Face aux propositions plus qu'alléchantes de la passionaria du CDH, je propose simplement de la délocaliser sur une île qui n'existe pas au beau milieu des bermudes. Mais, je crois, que là aussi, elle réussira à foutre le bordel. Cette fille est dangereuse.

Écrit par : Corvette6364 | 03/02/2010

Les commentaires sont fermés.