06/02/2010

Karel De Gucht aime jeter notre pognon

Karel De Gucht est le nouveau commissaire européen chargé de l'aide au développement. Visiblement énervé, il a dénoncé l'hypocrisie de certains pays membres qui critiquent le manque de visibilité de l'aide de l'union européenne en Haïti.

 "Je vois ce que font les ONG que nous finançons, ce que font les organisations onusiennes, rien n'est parfait dans une telle situation (mais) d'après moi ce que font les Européens est bien fait", a-t-il poursuivi." (Quand je vous répète que les ONG sont en fait des OTG : Organisations Très Gouvernementales!)
 
Cela dit, De Gucht énumère combien de notre argent il dépense pour Haïti : 120 millions pour l'aide humanitaire, plus 100 millions d'euros pour réorganiser un état haïtien (c'est à dire : gouvernement, police, fonctionnaires... comme aurait dû le dire Marx : politiciens de tous les pays, unissez-vous!), plus une première tranche d'aide à la reconstruction de 200 millions d'euros, à laquelle s'ajouteront plusieurs autres centaines de millions.

120+100+200+ au moins 300 = 720 millions de nos euros pour reconstruire des maisons sur une île vouée à d'autres tremblements de terre. Pas mal, non?

Et combien de notre argent servira-t-il vraiment à aider les Haïtiens? Comme l'Unesco, par exemple, affecte 10% des sommes reçues à ce à quoi elles devraient être affectées (le reste servant à payer le personnel, les voitures des dirigeants, les études de leurs enfants, leurs maisons, restos, voyages, etc.), on peut espérer que sur nos 720 millions, 62 (j'en exempte 10, qui représentent 10% des 100.000.000 affectés à sortir les politiciens locaux de la misère) soulageront effectivement les Haïtiens.

Alors : "hypocrites", comme le dit Karel De Gucht? Cet adjectif ne convient pas vraiment. C'est plutôt "avides" qu'il faudrait utiliser.

Les commentaires sont fermés.