13/02/2010

Centre pour l'égalité des chances : et une petite dernière pour ne pas dormir idiot

Le centre pour l'égalité des chances, vous connaissez?

C'est un bidule pseudo non gouvernemental, dont les fonds sortent en droite ligne des poches de tous les contribuables belges. En ces temps de fins de mois difficiles, ça fait plaisir à entendre, non?

Le but affiché de cette association à but lucratif?

Donner à tous les mêmes droits : aux nabots, celui de faire la nique aux grands; aux idiots, celui de s'inscrire dans des cycles d'étude pour malins; aux moches, de briguer une place de mannequin; aux malades, de prétendre que la maladie n'existe pas; aux femmes, de postuler à des places de fort(e)s des halles; et aux beaux, aux intelligents, aux grands, aux sains de corps et d'esprit, aux hommes,... de postuler aux mêmes postes.

Sauf que, bien sûr, ils seront déjà occupés par plus positivement discriminés qu'eux. Bien fait pour leur pomme : l'adéquation est une fâcheuse erreur, qui entraîne les foudres des politiciens bien pensants.

Comme pour illustrer mes paroles, l'agence belga nous apprend que :

"Favoritisme au Centre pour l'égalité des chances

Le recrutement d'administrateurs au centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme (CECLR) a sombré dans le favoritisme politique, selon la chef de file de Groen! à la chambre, Meyrem Almaci.
 
Deux candidats non retenus ont été repêchés par le conseil d'administration. Ce repêchage s'est fait, pour l'un au moins, sur base de sa couleur politique, d'après Mme Almaci.
 
"Ce candidat est un poulain de Hervé Hasquin (MR), le président du conseil d'administration", explique la parlementaire. "La procédure objective a été complètement sapée.", a-t-elle poursuivi.
 
Les faits ont été confirmés par des membres du conseil d'administration.
 
Par ailleurs certains candidats semblaient particulièrement bien informés des questions qu'on allait leur poser. La sinistre en charge de l'égalité des chances, Jowelle Mickey, "soulèverait" la question au Conseil des ministres."

 

Si on ne peut même plus discriminer positivement les copains, où va la Belgique?

 

Sur ce, bonne nuit à tous!

Commentaires

Cette dénomination "Egalité des Chances" m'a toujours interpellé (fait rigoler !). J'y trouve une sorte de ségrégation des beaux-intelligents-riches qu'il faut absolument, socialistement, réduire au plus petit dénominateur commun... Même avec des subsides, on ne fera jamais courir un 1000 m par un cul de jatte !
D'ailleurs, suffit de voir les résultats de ce machin : un élève sur cinq rate [i]au moins[/i] une année de primaire et seuls 40% terminent les secondaires sans avoir échoué une fois !
Pour améliorer les chances des malchanceux il faudrait exclure les chanceux des examens, des recrutements et des compétitions. Mais c’est inutile, car les malins chanceux trouvent toujours un truc que les autres ne trouvent pas !

Écrit par : Karl | 14/02/2010

Olé Discriminons positivement !

Et espérons tous que notre bonne Jowelle soulève la question avec ses deux petites menottes !

Écrit par : Corvette6364 | 14/02/2010

Bonsoir Karl, c'est le centre pour l'égalité des chances... des copains moins doués, pour qui on crée de toutes pièces un boulot inutile, mais grassement rémunéré par les contribuables.

Corvette,
"soulève la question avec ses deux petites menottes"... très joliment décrit! J'aime beaucoup.

Écrit par : l'as | 14/02/2010

Les commentaires sont fermés.