15/02/2010

Accident à Hal : quand SNCB et Infrabel s'emmêlent

Accident à Hal : quand SNCB et Infrabel s'emmêlent...

"Accident à Hal: une "collision latérale" nous apprend une dépêche belga.

"Infrabel et la SNCB affirment, dans un communiqué commun, que la collision entre les deux trains de passagers lundi à Buizingen (Hal) a été "latérale", et non frontale.
 
"Pour des raisons encore inconnues, les deux trains sont entrés en collision latérale à hauteur d'un aiguillage", écrivent les deux sociétés. Dernier bilan : 18 morts et 95 blessés graves et légers.
 
Infrabel et la SNCB ne peuvent se prononcer sur les causes de l'accident."

 

Une autre dépêche nous informe que : "Accident à Hal: des économies qui mettent le personnel sous pression

Le Syndicat indépendant pour Cheminots (SIC) considère que les économies, réalisées par la SNCB en raison de sa situation financière, se traduisent par une pression et une charge de travail de plus en plus élevées sur le personnel ayant en charge des postes de sécurité. "Les signaleurs, opérateurs et personnel de cabine doivent faire face au manque de personnel", indique le SIC. Le personnel est "au bout du rouleau."

Que penser de ces tirades de circonstance?

Le hasard fait que je connais une jeune dame travaillant pour la SNCB.

Comme elle me l'avait raconté il y a quelques mois (in tempore non suspecto...) les gens d'Infrabel sont linguistiquement clivés (qu'espérer d'autre de fonctionnaires pseudo privés, placés dans cette galère hyper-politisée?). Ceux qui s'occupent du nettoyage de la Gare du Nord à Bruxelles, par exemple, lavent telles et telles parties de la gare, et pas un centimètre de plus, sous prétexte que celles-là seules sont dévolues au personnel néerlandophone. Le reste est à entretenir par le personnel Infrabel francophone. Et tant pis s'il existe un no man's land large de 20 centimètres qui reste continuellement sale entre les deux parties de cette frontière infrabellienne : ni les employés francophones ni les néerlandophones ne s'en occuperont.

De là à penser qu'il en va de même pour la sécurité, il n'y a qu'un pas que je... franchis allègrement!   ;o)

Alors, manque de personnel?

Non : trop de personnel, trop souvent absent, et beaucoup trop politisé pour être honnête!

Commentaires

Le transport ferroviaire tue ! Je sens que cet accident (de trop) va faire beaucoup de bruit. On s'en serait bien passés.

Tout cela sent le réchauffé, le déjà vu. Comme de multiples activités (?) publiques belges, la SNCB souffre d'un sous-financement chronique. Comme la justice, comme l'enseignement, comme pour les pompiers, comme la police, etc ...

Le pire dans le cas présent, est que ce sous-financement a fait des victimes parmi les usagers et le personnel de la SNCB.

Il suffisait de voir les attitudes gênées des (ir)responsables de la SNCB hier au JT de De Brigode pour comprendre ... éloquent !

Avec les trains belges, il faudrait faire comme avec les paquets de cigarettes : "Le transport ferroviaire tue !"

La Belgique est une poudrière, et ça ne fait que commencer ...

Écrit par : Corvette6364 | 16/02/2010

Tu veux dire sous-financement ou sur-détournement?

Écrit par : Ben | 17/02/2010

Bonsoir Corvette, tout l'argent de la SNCB a été utilisé en priorité pour les TGV. De plus, pour des raisons dogmatiques, les écolos veulent qu'on balance le prix des tickets en-dessous du prix réel=> pas de miracle : la SNCB est dans le rouge profond, et ça ne risque pas de changer bientôt. Ajoute à ça un personnel hyper-syndicalisé et beaucoup trop cher (grâce aux cotisations "sociales") et tu comprendras un peu dans quelle mouise sont les dirigeants du Machin.

Bonsoir Ben,
on est en Belgique, non? Dès lors, il ne faut pas sous-estimer la deuxième partie de ta très judicieuse question.

Écrit par : l'as | 17/02/2010

Les commentaires sont fermés.