11/03/2010

Panhard CD LM 64

Encore une rareté, vite fait, en passant : la Panhard CD LM64.

 

Construite en 1964, à deux exemplaires, sur une base PL17, et donc animée par le bicylindre de 850cm3 Panhard "supercharged", cette voiture ultra légère (570 kg à peine) et admirablement profilée se reconnaît immédiatement à ses deux ailerons arrière.

Ils étaient destinés à améliorer sa tenue de route en vitesse de pointe. Ils ont précédé les Wing Cars alignés en courses de Nascar (pour avoir un bon aperçu de ces dernières, rendez-vous sur le site de Corvette/Intimidator clic!).

Grâce à ces caractéristiques étonnantes, la voiture, mue par un moteur "de moto", atteignait les 250 km/h!

Ce modèle révolutionnaire avait été entièrement imaginé et calculé par Charles Deutsch. Ce sont ses initiales qui se retrouvent dans le nom du bolide présenté. A l'époque, Deutsch travaillait également pour l'écurie de course Porsche.

Sans rien ôter à ses envolées un peu excessives, je copie-colle ci-dessous un texte sur la Panhard CD LM64, trouvé sur le net. Il vous donnera une idée de la place de cette voiture dans la course du Mans, à l'époque.

"Le prototype CD présenté ici est une merveilleuse machine, un engin presque mythique, digne d'alimenter les rêves de tous ceux que passionne l'automobile...

Dans les années cinquante et soixante, Le Mans représentait bien davantage qu'aujourd'hui, où l'épreuve est noyée dans la publicité et le bruit médiatique : une forme d'absolu que seuls quelques héros pouvaient vivre. Ces Vingt-Quatre Heures étaient le sommet de ce qu'un constructeur pouvait tenter. Les diverses catégories permettaient certes à des GT modifiées de courir ; mais construire une voiture spécialement pour le Mans était un défi extraordinaire, au sens propre du mot.

Quasiment toutes les marques célèbres s'y affrontent à l'époque la plus glorieuse: Bentley, Jaguar, Maserati, Ferrari, Aston-Martin, Lotus, Ford, Matra, Porsche... Les vitesses atteintes dans la longue ligne droite des Hunaudières, encore intacte dans les années soixante, ont toujours fasciné le monde, et les plus audacieuses voitures, profilées comme des animaux marins ou des rapaces, emportaient leurs pilotes jusqu'à leurs limites ultimes, et parfois au-delà: 250 km/h pour les légères CD, 308 pour la Maserati tipo 151/3, 380 pour la Porsche 917 LH, 405 pour la WM Peugeot...

Les CD faisaient donc partie de ces quelques "monstres" uniquement taillés pour la victoire, tels que Jaguar Type C et D, Aston-Martin DBR1, Ferrari Testa Rossa, Maserati 151, Ford GT40, Porsche 917, et bien d'autres. Avec leur incroyable Cx (coefficient de pénétration) de 0,12 et leur légèreté record de 570 kg, ces machines pouvaient dépasser 250 km/h avec un moteur de moins d'un litre de cylindrée."

 

next image

Commentaires

FABULEUX! Les fantasmes automobiles des designers ont toujours été passionnants. Ce qui est intéressant c'est de voir l'évolution de ces fantasmes:
L'obus comme expression de la vitesse et puissance avec la "Jamais contente" et puis les obus de pare-chocs, …
puis les avions qui ont dominé avec les ailerons, voire les ailes comme sur la Chevrolet Impala et certaines Buick futuristes qui avaient carrément un radiateur en forme d'entrée de réacteur… repris par la Turbotraction bleue de Fantasio! Les Mercedes avec des portes qui s'élèvent comme des ailes de papillon… Et cette panhard avec ses ailes qui fait aussi un clin d'œil au batyscaphe du Pr Picard.

Le plastique a suggéré d'autres design en libérant la forme de la contrainte matière. La DS 19 semblait extrudée plutôt que construite. C'est la bulle et Franquin à nouveau enfourche ça. Des bulles partout.

J'ai un livre sur les dreamcars devenus concept cars depuis lors.

Aujourd'hui, l'informatique permet d'intégrer n'importe quelle forme dans une autre grâce à des programmes comme CATIA (Dassault). Cela libère les designers. Mais sémiologiquement, ils ne sont plus dans l'aérien. Le temps est aux chars d'assaut (X6 BMW…) pour Flash Gordon. Les voitures deviennent caricaturales.Les petites Honda pour jeunes semblent sorties des Mangas. Le X6 semble avoir été dessiné pour Flash Gordon et je connais un gars qui en a une… Pas élogieux pour le produit!… Le Hummer est admiré et envié. Inquiétant.

C'est intéressant de voir les idées d'une époque au travers des fantasmes des carrossiers. Et toujours instructif de voir l'évolution des signes d'une époque, quels qu'ils soient, dans les objets ou dans l'Art. Ils annoncent les changements de société.

Je suis donc très très inquiet… Bon, là-dessus je vais chez mon dentiste.

Bien à toi

Abadeux Tocart

Écrit par : Amadeus | 11/03/2010

Très intérêssant ! Bonjour l'As,

Sans en être trop sûr, je crois que cette Panhard devait courir dans une catégorie "écolo" qui devait, en résumé, obtenir le meilleur indice énergétique. Je sais que Alpine avait spécialement conçu un proto de berlinette pour participer aux 24h du Mans dans cette catégorie ...

Écrit par : Corvette/Intimidator | 11/03/2010

Une voiture de Martien! :-) Dans les années 60 et 70, l'indice "cx" était un argument de choc. Il me parlait aussi peu qu'aujourd'hui le taux d'émission en CO2...

Écrit par : Tony | 11/03/2010

Cher As,
Ma première bagnole avait aussi un moteur de moto.
C'était la BMW coupé (avec un moteur de 700cc).
Je pouvais ainsi [u]dire[/u] que je roulais en BMW, ce qui avait de l'allure, un peu comme les propriétaires de chiens qui prennent des chiens "dissuasifs" pour faire peur aux vieilles filles.
Amitiés

Écrit par : Armand | 11/03/2010

Cher Armand… …ma mère avait une 700. Merveilleuse petite voiture. Mais ce n'est qu'après que la 1500 est arrivée. Et puis la série plus grande des 1800 et 2000, 2000 TI et 2000 TiLux. Mon père avait une 2000. Et pis le coupé 2000 CS qui était magnifique. J'ai beaucoup roulé avce la 700 qui avait un moteur flat twin de moto BMW. J'adorais cette voiture parce qu'elle tenait la route, elle était légère, jolie, agréable… plus que la VW qu'avait eue ma mère avant ça. Malheureusement, l'embrayage automatique de la 700 a fait des problèmes… Quant aux suivantes, la 2000… c'était après une Mercury Comet qui n'avançait pas. 110 maxi et tu voguais dans tous les sens. Mon père a alors testé une Pigeot 404 mais il a été perturbé par le volant de travers! Il a donc décidé de revenir vers une européenne mais il a choisi BMW. Avec ses quatre enfants à bord et un porte bagage plein de valises on partait en vacances en dépassant les petites triumph sportives… Mon père parlait de "l'effet BMW". Tu étais dans une familiale mais tu dépassais tout le monde! Tu allumais le clignoteur (au niveau de la ceinture de caisse) et les gens se jetaient à droite! La belle épqoue… Auourd'hui, les petites Kangoo ou les corbillards mercedes Disesel roulent aussi bien que ma BM… sale temps pour les passionnés! ;-) sans compter les atyatollahs de la sécurité routière à la con…

Remarquons d'ailleurs que si la vitesse est un facteur aggravant, on ne s'occupe plus des vrais facteurs comme les connards, les routes dans un état épouvantable et les radars. Observons que la formule 1 tourne à 300 km/h et cela roue dans roue et que… on ne voit pas plus de morts pour autant! C'est pas la vitesse qui tue, c'est la connerie. Le facteur aggravant dans les accidents d'avions c'est l'altitude. Ils se feraient moins mal en tombant si ils volaient plus bas! ;-)

Bon, je vais prendre un xanax pour me calmer.

Écrit par : Amadeus | 12/03/2010

Les commentaires sont fermés.