23/03/2010

Tigres et crocodiles en danger : voilà "La" solution

 

Bonjour!

Les êtres humains mettent l'environnement en danger, c'est bien connu. Et leurs principales victimes sont les grands prédateurs, qui ont pourtant un rôle essentiel à y jouer, en limitant le nombre d'individus des espèces qui deviendraient nuisibles si elles se mettaient à pulluler.

Comme les êtres humains...

"Un enfant de cinq ans a échappé de justesse à un crocodile en Australie, alors que le débat sur la gestion des prédateurs est relancé après une autre attaque mortelle.

La fillette agressée nageait dans la baie Caledon, dans le nord tropical australien.
"Les griffes du crocodile ont profondément creusé et ouvert sa jambe", a expliqué Mike Murphy, un responsable de la police.
Au nombre de 80 000, ces prédateurs sont protégés dans le Territoire du nord. Depuis des années, les autorités locales militent pour un droit de chasse limité. Leur demande a jusqu'ici été rejetée."

Nous apprenons également que :

"Un tigre sauvage a tué un jeune Indonésien dans la hutte où il dormait, située dans le parc national de Berbak, dans l'île de Sumatra.
 
"Le tigre a pénétré dans la hutte. Il lui a brisé le cou et mordu l'arrière du crâne", a-t-on expliqué.
 
Les conflits entre animaux et humains sont de plus en plus nombreux à Sumatra à cause de la déforestation qui prive les félins de leur habitat."

Crocodiles, tigres, lions et grands requins blancs sont en danger à cause des hommes, bien trop nombreux? Et le problème semble insoluble, car des ignares dénués de tout sens écologiste n'acceptent pas de limiter le nombre d'humains?

J'ai une solution : que tous les spectateurs du Jardin Extraordinaire les adoptent. Qu'ils mettent un loup dans leur living, un grand blanc dans la baignoire, un lion dans leur assiette, un tigre dans leur moteur... et les grands prédateurs seront sauvés.

En prime, ces amis des 'tites bêtes pourront en profiter en rentrant chez eux, un soir au moins.

Commentaires

Cher As,
La disparition des baleines bleues ou des éléphants ne me fait ni chaud ni froid.
Pour laisser de la place à ceux qui restent, isoler de grands espaces sur une terre trop exiguë (au détriment d'une population affamée) me semble une aberration: J'estime que les humains valent plus que quelques animaux et plantes en voie d'extinction (et qui seraient bien mieux dans des zoos et arboretums).
Amitiés.

Écrit par : Armand | 23/03/2010

Repeuplement… En France ils ont repeuplé en Ours et en loups. Les ours on les a eus dans le village d'à côté du nôtre dans les Pyrénées! La nuit, des hélicos tournent pour retrouver l'ours qui a un collier électronique… Tu parles d'une écologie!
Maintenant ils viennent de repeupler en socialistes, prédateur naturel de l'écolo. Va-t-en comprendre!

Écrit par : Amadeus | 23/03/2010

Armand, moi aussi, j'aime bien les animaux. Mais si un bandit armé est généralement considéré comme dangereux, pourquoi des hurluberlus croient-ils qu'un tigre affamé ne l'est pas?
Et-ce uniquement parce qu'il se trouve loin, là où la douleur n'est pas relayée par les journaux?
Et comme toi, lorsqu'il faut choisir entre un humain et un animal, il n'y a pour moi ni hésitation ni doute.

Amadeus,
Comme tu le dis : il s'agit d'écologisme, et non d'écologie. Ou encore, d'environnementalisme, et non d'environnement.

"repeupler en socialiste, prédateur naturel de l'écolo" : tu tiens la toute grande forme!

Écrit par : l'as | 24/03/2010

Les commentaires sont fermés.