30/03/2010

Passeports belges : viciés!

Vous le savez : depuis quelque temps, les passeports belges sont biométriques (ce qui signifie que leurs puces électroniques portent des infos personnelles sur leurs porteurs, lisibles par beaucoup de monde - sauf ces derniers).

Après avoir appris l'an passé que des hackers de bas étage étaient capables de lire ces données à distance, belga nous informe aujourd'hui que :

"Un vice découvert dans les passeports belges

Des centaines de passeports belges souffrent d'un défaut majeur : l'intercalaire en polycarbonate se déchire après manipulations.
 
Le passeport de nouvelle génération avait été lancé à grands renforts de communication en janvier 2008. Son innovation principale était une feuille en polycarbonate qui faisait apparaître par superposition sur la photographie les initiales du titulaire.
 
Les passeports défectueux peuvent être remplacés gratuitement. Et même si le filtre est retiré, le passeport reste valable, indiquent les zozotorités."

Cette nouvelle n'a pas de quoi étonner : nous sommes habitués aux bricolages de "nos" zélus, et un vice de plus ou de moins...

Ce qui est intéressant, par contre, c'est l'information qui suit, et  que je possède depuis un certain temps déjà, mais dont j'ai jusqu'à présent (horresco referens!) oublié de vous entretenir, car je suis un Damné Idiot Toujours Trop Occupé (DITTO, copyright NOT available!) : lorsque nos zozocrates demandent un passeport, pour une raison qu'eux seuls connaissent, il n'est jamais biométrique.

Ils partagent ce privilège avec les membres de notre diplomatie, et ne sont donc pas tenus de faire enregistrer leurs empreintes (entre autres) sur ce petit bout de silicium d'abord, mais surtout dans un fichier central ensuite, dont personne ne sait précisément à qui ni à quoi il peut servir.

Lorsque, dans une discussion, quelqu'un affirme qu'il veut qu'on respecte sa vie privée et que les pouvoirs "publics" n'ont pas à collecter des infos sur lui, il se trouve toujours l'une ou l'autre personne pour répondre que peut lui chaut, et que "si on n'a rien à cacher, on n'a rien à craindre." (Demandez aux juifs qui ont connu les camps d'Hitler ce qu'ils pensent de cette idée...)

Mais si - vraiment - il n'y a rien à craindre, pourquoi nos zélus refusent-ils qu'on leur applique ce à quoi ils forcent leurs administrés?

Et si, malgré ça, ils ne veulent pas se laisser biométriser, qu'est-ce que nos zozocrates ont donc à cacher?

Commentaires

Cher As,
Certaines informations (religion et santé, par exemple) relèvent de la vie privée.
Mes empreintes digitales ou traces ADN, je ne vois pas d'inconvénient à ce qu'elles soient connues, ne fut-ce que pour me fournir des alibis en cas de nécessité. (Humour.)
Pour certaines professions où on prône la pauvreté (ministres socialistes, dignitaires catholiques, famille royale), par contre, rendre public l'état de fortune porte atteinte à leur image de marque.
Même chose pour le casier judiciaire des délinquants de la route, détraqués sexuels et assassins, même après l'expiration de leur peine! ;) ;) ;)
Amitiés

Écrit par : Armand | 30/03/2010

;-)

Écrit par : marylène | 30/03/2010

Les commentaires sont fermés.