03/04/2010

La liberté politique est morte. Vive la discipline de parti!

" Islam : pas de sanction envers l'élu (ayant voté) contre l'interdiction du voile" m'apprend belga.

Souvenez-vous : Mohamed Fekrioui, zélu carolorégien du CDh (c'est à dire : parti Catho Démago honteux), avait voté contre l'interdiction du voile dans l'enseignement officiel de Charleroi. Aussitôt, des journaux avaient annoncé que Dominique Salvi, sa chef de groupe CDh, le sanctionnerait en lui ordonnant de démissionner de la présidence de la commission communale de l'enseignement.

Cette dernière s'est depuis rétractée : le sort du CDh dépend entièrement des voix des immigrés naturalisés; il ne peut donc être question de se les aliéner pour des bêtises telles qu'une interdiction d'afficher CERTAINS signes religieux dans l'enseignement officiel carolorégien (tels que le voile musulman... mais aussi la torche de la morale laïque ou la carte du Parti), tous les autres (tels que les croix chrétiennes ou orthodoxes, les colombes évangéliques, etc.) restant évidemment proscrits.

Persiflages mis à part, la régression démocratique que cette minable affaire illustre n'a je crois été relevée par personne : contrairement à ce que Mme Salvi, Mme Jowelle Mickey, M. Di Roupette ou une quelconque autre bête de parti croit, les voix des électeurs ne leur appartiennent pas.

Les cornichons qui se sont fait élire grâce à leur aide sont par principe les représentants de leurs électeurs, et non les serviteurs des politiciens précités. Ce n'est donc pas à ces derniers de leur dicter une quelconque "discipline de parti", qui les obligerait à avaliser des décisions allant à l'encontre de leurs convictions personnelles; celles-ci sont les seules censées représenter les aspirations de ceux qui les ont élus. En faisant main basse sur leurs opinions, les présidents de partis abolissent la démocratie.

Mais visiblement, plus personne ne relève ce fait, ou ne trouve utile de le fustiger.

Donc, petit à petit, s'installent des tyrannies à visage humain.

Commentaires

Cher As,
Il est un rite très important chez les raéliens: avoir des relations sexuelles avec les prêtres.
Les plus zélés devraient, à l'instar des religieux des autres "grandes" religions, être autorisés à vivre leur foi en arborant fièrement leur religiosité.
Faut-il donc les autoriser à forniquer en public?
Amitiés

Écrit par : Armand | 03/04/2010

excellent!

Écrit par : marylène | 03/04/2010

Bêtise quand tu nous tiens ! Bonsoir l'As,

Les derniers soubresauts de nos politocards ne sont que le reflet de leur aptitude à gérer une nation, nous valons beaucoup mieux que ces commerçants des basses oeuvres, ils ne sont capables de rien sauf s'occuper de leur petite trajectoire personnelle. Quand donc ce peuple de Belgique va-t-il se réveiller ??? Quand allons-nous comprendre enfin qu'en démocratie l'acteur principal est le peuple ? Je suis écoeuré par le clientèlisme de ces partis soi-disant démocratiques. Dans ce cloaque qu'est devenu la Belgique il n'y a plus d'homme (ou femme) d'état, juste des singes qui attendent leur jetons de présence ou bien leur pension de ministre d'état ... Qu'il est loin le temps de Winston Churchill ...

Écrit par : Intimidator | 03/04/2010

Bonsoir, As. Toute entrave à la liberté d'expression est une violence.
Les spécialistes du droit et de la loi le savent aussi bien que le commun des mortels. Seulement, voici, les gens préfèrent sacrifier des droits naturels pour quelques privilèges illusoires. Ce n'est pas tant le voile qui dérange... et encore moins le crucifix. C'est simplement la présence d'étrangers ne participant pas activement à la vie sociale ni au progrès économique. Les étrangers vivant en clans et ne désirant pas intégrer le style de vie du pays d'accueil gênent les autochtones au crochet desquels ils prétendent vivre. Si les immigrés n'apprécient ni le climat, ni les traditions, ni le mode de vie de la terre d’accueil, que vont-il y chercher?
Des allocs! Mais le sujet est tabou. On ne peut pas le dire, on doit même nier que cette idée nous passe par la tête.
Par pudeur, par solidarité, par humanité? Non ! Par crainte de ne plus pouvoir jouir des « avantages » du socialisme qui ont permis à un ramassis de politiciens d’échafauder de plantureuses carrières… en distribuant des miettes à des gens tombés en dépendance.
La conséquence de cette inconscience politique et économique est à l’origine du crash social que nous déplorons. Le voile… voile la vérité. Si les voilés créaient du travail ou offraient des compétences particulières… donc participaient activement au progrès, ces polémiques ne seraient pas nées.

Écrit par : Tony | 03/04/2010

Les commentaires sont fermés.