13/04/2010

SNCB : ce n'est pas plus mauvais. C'est pire!

Bonjour!

Passons rapidement aux nouvelles trop vite enterrées par nos médias subventionnés :

"La dette du groupe SNCB explose

Le groupe SNCB a enregistré un endettement en forte hausse. En 2009, la dette consolidée des trois entités (SNCB Holding, SNCB et Infrabel) s'est élevée à 2,705 milliards d'euros, contre 2,415 milliards en 2008.

Seul Infrabel n'a pas de dette. Il dispose même de plus d'un demi-milliard d'euros.

La dette de la SNCB est passée de 53 millions en 2008 à 511 millions l'an dernier." (Presque x 10!) "Elle s'attend à un déficit de 285,9 millions. La perte pourrait même grimper à 473 millions si certaines charges sociales sont imputées à l'opérateur." (Les charges "sociales" : la plus moderne et la plus sûre manière de se ruiner en Belgique!)

"La situation difficile" (euphémisme pour dire : faillite non déclarée) "de la SNCB s'expliquerait par une baisse des recettes du trafic national (-36%), du fret (-24%) et du trafic international (-12%)." (N'est-il pas normal que les recettes de la SNCB diminuent alors que le nombre de voyageurs augmente? Oui, car il n'existe plus de relation directe entre les unes et l'autre dans la Brave Nouvelle Economie à la belge : ce qui compte, ce sont les diktats des politiciens, qui - sous prétexte d'imposer leurs lubies à leurs électeurs - obligent la SNCB (tout comme la STIB et les Tec) à transporter des milliers de voyageurs non payants)

"Une réduction de l'offre en été ou une dotation publique plus importante sont étudiées, mais elles nécessitent l'aval du gouvernement." (Traduction : SNCB et gouvernement en veulent encore plus à votre salaire durement gagné)

Il est utile de se rappeler que les chemins de fer en Belgique ont été parmi les premiers du monde. Ils ont été créés par l'initiative privée et correspondaient à un véritable besoin du public. Ils étaient rentables et ne coûtaient pas un franc au contribuable. Ils étaient entièrement payés par leurs usagers.

Depuis qu'ils sont devenus des sévices publics, ils n'ont cessé de coûter de plus en plus cher, d'être de moins en moins bons, et de ne plus servir qu'à flatter l'égo d'idiots et d'incapables notoires : les politiciens.

Commentaires

Beurk… J'ai toujours détesté le train! C'est un outil de déportation plus que de transportation qui fonce bêtement sur des rails an éructant et en faisant des bruits grinçants.

Il stresse les gens, déraille, crée des métiers idiots, prend les gens en otage de ses grèves. Il brise les histoires d'amour en séparant dramatiquement les amoureux sur des quais sordides.

Le TGV est une vieille technologie poussée à son maximum. Ce n'est pas ce qu'il fallait faire. Il fallait repenser le train et le faire rouler à 6 ou 700 km/h dans un tube ouvert au-dessus mais protégé. Moins fragile, plus sur, plus grand rayon d'action pour mieux concurrencer l'avion dans le diamètre européen.

Vive la voiture! ;-)

Écrit par : Amadeus | 13/04/2010

Roulez jeunesse ! Bonjour l'As,

Ce n'est pas avec les catastrophes récentes que les comptes de notre très chère SNCB vont aller en s'améliorant !

Pourtant, si je me trompe, elle augmente régulièrement ses tarifs, ce qui n'est bien sûr pas le cas de la qualité du sévice ni de la sécurité, notions plus que théoriques pour la direction de cette entreprise(?).

Il serait bon de demander l'avis d'un expert mondialement reconnu dans le secteur du transport ferroviaire, je veux bien sûr parler de "l'Ingegnere" Etienne Schouppe, l'homme qui a une solution à tout problème, même quand il n'y a pas de problème ...

Écrit par : Intimidator | 13/04/2010

Bonsoir Amad, je te l'ai déjà dit : tu as le coeur trop sensible d'un poète.

Bonsoir Intimidator,
recourir aux valeurs reconnues, aux vrais experts qu'on trouve à foison dans les rangs des politiciens de notre beau pays : tu parles d'or, Intimi - dator!

Écrit par : l'as | 14/04/2010

Les commentaires sont fermés.