19/04/2010

La SNCB : en faillite. Comme d'habitude. Et toujours plus.

C'est à la SNCB qu'Etienne Schouppe a fait ses premières armes, et qu'il a donné la pleine mesure de son talent (clic!) ...

"LA SNCB DOIT TROUVER 140 MILLIONS D'EUROS POUR SURVIVRE" nous apprend belga.

"Afin de garder leur dette sous contrôle, les trois sociétés ferroviaires belges devront économiser entre 120 et 140 millions d'euros d'ici 2012"

Comment se fait-il qu'en lisant de telles énormités, les contribuables ne sortent pas dans la rue en criant, pour qu'on cesse de les voler? Car c'est bien eux qu'on vole, in fine, afin que les incapables à la tête de la SNCB continuent à dépenser plus qu'ils ne gagnent.

Comment justifier qu'une société qui vend des produits en très grand nombre (ici, des voyages) non seulement ne gagne pas un rond, mais de plus vive aux crochets de tous pour continuer à leur nuire?

- Que diriez-vous si votre boulanger vous annonçait qu'il perdait de l'argent, et que tous - y compris ceux qui ne mangent jamais de pain - devaient lui donner des bakchiches pour qu'il continue à en cuire?

- Ou si Chanel vous forçait à l'entretenir, pour que ses clientes fortunées puissent s'offrir des robes de luxe?

- Ou encore, si les politiciens vous obligeaient à donner votre argent à un constructeur de diligences, sous prétexte de sauvegarder l'emploi dans le secteur des carrioles, calèches et charrettes tirées par la plus sale conquête de l'homme : le cheval?

 

Ecrivez à vos zélus pour leur dire que vous ne supportez plus qu'on utilise votre argent durement gagné pour entretenir les danseuses de la SNCB!

Commentaires

Marchez sur la gueule de vos élus, pour voir. Ca leur fera peut-être plus d'impression qu'une lettre.

Écrit par : Ben | 19/04/2010

Le pire est à venir ... Je crois que tu l'as déjà dit dans un précédent post, la situation de cette entreprise(???) est sans avenir, étant donné qu'un nombre croissant d'usagers de la SNCB "bénéficient" de tarifs préférentiels voire de la gratuité dans certains cas. loin de moi l'idée de dénigrer ces "clients" de la SNCB, mais un modèle économique où une prestation de service ne fait pas l'objet d'une contrepartie financière (le paiement du prix) est fatalement voué à l'échec.

Dans l'analyse de ces "chiffres" il serait également bon d'aller s'intérêsser d'un peu plus près aux rémunérations des membres du conseil d'administration, on y verrait, j'en suis sûr, de sacrées surprises ...

Écrit par : Intimidator | 19/04/2010

Shouppe… …pas populaire? Tsss…

Écrit par : Amadeus | 22/04/2010

Les commentaires sont fermés.