10/05/2010

Mille milliards de dollars pour vous rendre plus pauvre

On vous en a assez rebattu les oreilles ces dernières semaines : la Grèce (mais aussi l'Espagne, le Portugal, l'Irlande, l'Italie et... la Belgique) a vécu pendant des années largement au-dessus de ses moyens. Cela signifie que ses politiciens dépensaient beaucoup plus que le pays ne produisait, essentiellement en faisant des cadeaux électoralistes à toute une série de "clients privilégiés", tels que les fonctionnaires et les pensionnés.

Comment arrivaient-ils à dépenser plus qu'il n'y avait en caisse sans fabriquer de "l'argent" à partir de déchets végétaux appelés papier monnaie? Principalement en vendant sur les marchés étrangers des obligations d'état promettant des taux d'intérêt plus avantageux que ceux des autres pays de la zone euro, dont ils ne pouvaient ignorer qu'ils ne pourraient jamais être honorés. Ce faisant, ils abusaient de la confiance que l'euro inspirait aux dits investisseurs étrangers, et vivaient d'expédients.

Mais la réalité reprend toujours ses droits, et désormais, la Grèce devra se serrer la ceinture dans l'espoir (inaccessible) de repayer ses dettes.

"Un plan de 750 milliards pour sauver la zone euro" nous apprend l'AFP.

Pourquoi faut-il sauver Willy... euh... la zone euro?

Parce que, justement, après la Grèce, ce pourrait être au tour de l'Irlande, puis de l'Espagne, du Portugal, de l'Italie... mais avant ces trois derniers, de la Belgique, pour peu qu'elle ne soit pas passée aux abonnés absents entretemps. Or, l'idée sous-jacente est qu'en deçà d'un certain nombre de membres, l'euro serait automatiquement délaissé par de nombreuses banques centrales et investisseurs institutionnels au profit du dollar - entraînant un renchérissement de ce dernier.

Pour "sauver" la crédibilité de l'euro, il a donc semblé essentiel aux politiciens européens de garantir que la Grèce - et après elle les autres débiteurs douteux, que les Américains limitaient un peu rapidement aux PIIGS (Portugal Ireland Italy Greece Spain) - ne serait pas empêchée de continuer à dépenser sans compter, et ne serait pas obligée par ses partenaires européens à se déclarer en faillite réelle.

Comment sauver la crédibilité de l'euro sans que cela ne devienne impayable?

En ouvrant une ligne de crédit de 750 milliards d'euros (+- 1000 milliards de dollars), dans laquelle les PIIGS plus la Belgique pourront puiser en cas de besoin, tout en jurant qu'ils repayeront leurs dettes aux autres états membres dès que... ce sera possible.

Tout cela nous apprend plusieurs choses :

-1) quelle est la hauteur de la dette des PIIGS + .be (c'est à dire, des hérésies économiques criminelles commises par leurs politiciens) : 750 milliards d'euros;

-2) que ce n'est que partie remise : ni la Grèce, ni les autres PIIGS+.be ne survivront à une hausse des taux d'intérêt - qui ne manquera pas d'arriver, soyez-en sûrs;

-3) que le vrai problème de l'Europe, c'est le vieillissement de sa population, et sa désindustrialisation; nous ne produisons plus rien correctement, sauf des charges de fonctionnaires, et survivons aux dépens d'un secteur des services hypertrophié et arrivé en bout de course : il ne connaît plus d'accroissement conséquent;

-4) que la rigueur économique de la Bundesbank - responsable de la formidable expansion économique de l'Allemagne depuis la fin de sa catastrophique "gestion" par les militaires américains de 1945 jusqu'en 1947 - est une chose du passé. On nous avait certifié que la BCE (banque centrale européenne) appliquerait toujours la recette miracle de Ludwig Erhard; nous venons d'en recevoir le démenti le plus cinglant.

-5) que les politiciens européens croient désormais qu'on peut acheter éternellement à crédit. Ils croient ou feignent de croire qu'on renforce une monnaie en la fragilisant. Qu'on peut créer des milliards de papier monnaie sans que cela ne coûte rien à personne. Qu'on peut ouvrir une ligne de crédit aux mauvais payeurs, aux dilapidateurs, aux faillis, et ne pas en payer les conséquences.

Fatalement, la note nous sera présentée. On ne peut pas fabriquer de la monnaie à partir de zéro richesses - et encore moins à partir de dettes.

Ces milliards d'euros se retrouveront sur le marché. Ils feront perdre graduellement de la valeur à l'euro, à NOTRE argent, de manière automatique et sans que nous ne puissions rien y changer. En conséquence, les prix augmenteront à cause de cette ligne de crédit injustifiable.

"Un plan de 750 milliards pour sauver la zone euro" titrait l'AFP.

Disons plutôt : on ne sauve pas une monnaie en la coulant.

Ces 750 milliards nous hanteront longtemps, en nous rendant tous plus pauvres.

Commentaires

bonjour l'as
l'europe va passer en mode:" inflation subsonique" ...cela n'était apparement pas assez rapide à son gout.

Écrit par : Vince | 10/05/2010

On ne lit plus sur les billets... que le contrefacteur est puni des travaux forcés (art.173 du code pénal).

Écrit par : Tony | 10/05/2010

Tout se déroule selon le plan prévu.

Écrit par : Ben | 10/05/2010

Crise, quand tu nous tiens ! Depuis que je suis né (ça fait maintenant 40 années !) je n'ai fait qu'entendre parler de crises à tous moments ... la première dont je me souvienne est celle de 1973 et de ces désormais fameux "dimanches sans voitures" ! C'est un peu comme la guerre de 14, on nous dit que cette fois c'est la "der des der", mais c'est chaque fois pire ...

Écrit par : Intimidator | 10/05/2010

Gouffre toujours le gouffre La théorie du gouffre intimidator! La théorie du gouffre...le moindre prétexte est utilisé pour dérober nos économies
les Politichiens et les Banksters partagent le meme intérets. Le fruit de nos efforts, notre temps qui est si précieux dans une vie.





Écrit par : Vince | 10/05/2010

Bonsoir l'as des as ! Tu ne vas pas me mettre dans la liste des clients privilégiés parce que je suis pensionnée... dis tu ne vas pas m'en vouloir de recevoir une pension de moins de 1000 euros... Réponse à Tony on ne fait plus de faux billets on fait de fausses pièces et c'est encore les petits vieux qui se font avoir à cause de leurs mauvaise vue ,les 50 cents que l'on fait passer pour deux euros cela fait mal au porte-monnaie déjà pas très lourd ! Je me suis déjà fais avoir ...
En lisant toutes ses nouvelles pas très réjouissantes ,je préfère ne pas penser au futur et vivre un jour à la fois !Je sais que beaucoup de personnes n'irons pas voter car même un vote sur une petite liste inconnue ne compteras pas.Dans mon village chaque fois que l'on votes c'est la même chose qui se répète les mêmes personnes installent leurs affiches sur leur trottoir et en général se sont des familles entières qui votent pour les mêmes partis depuis des années et dans chaque région c'est pareil...
Il faudrait pouvoir voter comme en France ,en deux tours et avoir enfin une majorité sortante mais ici on peut rêver...
Bonne nuitl'As des As (cela me fais penser à Belmondo que j'adore mais peut-être pas de ta génération !)
Bisous...
Nadine Het Witte Elfenheksje
Merci d'avoir mis mon lien sur ton blog , je te rendrai la pareille...

Écrit par : nadine | 10/05/2010

Chère Nadine,
Sauf si tu as de l'argent "noir", la solution toute bête est de ne jamais payer en liquide: ta carte de banque possède une fonction "Proton" qui est faite pour ça. Ainsi, même le commerçant n'y met pas de sa poche comme avec les cartes de débit et de crédit.
Et l'avantage collatéral est que tu ne risques pas de problèmes de faux billets non plus.
Amitiés
P.S. Il arrivera bien un jour où le fisc, pour mieux contrôler le menu peuple, interdira de payer en liquide...
Mais que feront alors les gens qui ne savent pas écrire? Faudra-t-il mettre les aveugles sous tutelle?

Écrit par : Armand | 11/05/2010

Vous pouvez rajouter la France qui n'est pas en meilleur état.

La BCE a commencé à acheter des obligations des Etats endettés, créant ainsi de la monnaie qui entraînera un surcroît d'inflation.

L'Europe est désormais vouée à sortir de l'histoire.

Écrit par : Le Nain | 11/05/2010

Bonjour à toutes et tous, Vince,
effectivement : on vient de donner un grand coup d'accélérateur à l'inflation des prix qui "n'existait pas" jusqu'à présent. Ce qui l'empêche d'exploser, c'est le fait que -1) la décision vient d'être prise et que les lignes de crédit ne se trouvent pas encore sur le marché; -2) que la vélocité de l'argent est encore assez faible pour le moment.

Tony,
qui faudrait-il mettre en prison, si c'était le cas? ;o)

Ben,
même pas : ils sont trop cons pour que leurs plans fonctionnent. Tout va de travers à cause des plans de nos bons politiciens.

Intimidator,
ce qu'on appelle les crises fait partie intégrante de l'économie de marché : c'est la "destruction constructive" propre au capitalisme.

Cette destruction périodique permet de réorienter l'activité des secteurs moins rentables vers ceux qui le sont beaucoup plus : les nouveaux.

Au 19ème, Juglar avait remarqué que les "crises" arrivaient à peu près tous les 10 ans, à cause... d'excès de crédit. Comme, grâce aux états, nous ne connaissons plus le moindre excès du crédit, nous nous promettons de très beaux jours! ;o)

Ce qui est neuf, ce sont les grandes campagnes de cris et de larmes qu'on organise autour d'elles. D'après moi, elles sont liées au fait que les politiciens - qui ne sont bons à rien - se sont attribué plus de 50% de l'économie. Comme ils sont désormais responsables de ce qui se passe, il y a : a) ceux qui ne comprennent pas comment leurs beaux plans peuvent foirer; ils pleurent donc plus fort que les autres; b) ceux qui, malgré toutes les preuves du contraire, croient qu'ils seraient capables de faire mieux : ils crient que ce n'est pas leur faute, et qu'avec un système tout-état, tout irait mieux; c) ceux qui cyniquement utilisent la terreur pour prendre plus de pouvoir : ils sont nombreux; d) ceux qui rejettent toujours la faute sur les autres - quels qu'ils soient, et quelle que soient les responsabilités réelles; e) etc.
Il ne faut pas prendre les cris de ces minables au sérieux.

Vince,
tu as raison. Vive la Terreur! ;o)

nadine,
je n'envie personne. Je ne reproche certainement pas aux pensionnés à qui on a pris leurs économies et fait croire qu'on leur garantissait une pension constante quoiqu'il arrive, tout en dépensant leur argent à tout autre chose, l'aumône qu'on a le culot de leur faire.

Armand,
le jour où cela arrivera, nous serons entrés dans l'ère de l'Inflation Eternelle.

Le Nain,
l'Europe ET les USA sont destinés à devenir des puissances de second ordre.

Écrit par : l'as | 11/05/2010

tout se passe comme prevu, c est exact...ement comme Keynes le socialiste l avait prévu dans son chef d oeuvre de Bretton Woods! Le ver est dans le fruit ; ) Faut se couvrir Buy gold, Buy Chimay Bleu; bon repos le 13 juin.

Écrit par : TOM | 11/05/2010

Les commentaires sont fermés.