12/05/2010

Mutuelles et médecine d'état : voilà ce qui vous attend

 

Bill and Nikki Phelps on their wedding day in 2001

Nikki Phelps lors de son mariage

Bonjour!

Vous le savez : depuis que la part de l'état, par l'entremise des remboursements des mutuelles, est devenue prépondérante dans le secteur de la santé, ce ne sont plus les médecins qui pratiquent la médecine, mais les politiciens.

En effet, Rudy Demotte nous l'a bien montré en son temps : ce sont désormais les politiciens (dont aucun n'est médecin) qui décident des soins pouvant être administrés aux malades, et des médicaments dont ils ont besoin.

En Angleterre - où, obligatoirement regroupés dans le NHS, les médecins sont des employés de l'état depuis la fin de la seconde guerre mondiale - le secteur de la santé est totalement fonctionnarisé. Les malades sont livrés pieds et poings liés aux décisions de leur médecin de famille, et il leur faut compter en moyenne une dizaine de visites chez ce dernier avant de pouvoir consulter le moindre spécialiste. J'ai connu une jeune femme qui a dû rentrer en Belgique pour s'y faire traiter d'une infection grave occupée à l'emporter, parce qu'en GB où elle habitait, on ne lui proposait pas de visite avant deux mois.

Et malgré le lamentable état de cette médecine étatique, elle coûte si cher qu'une large part du déficit anglais lui est attribuable (je n'invente rien).

Illustration : Nikki Phelps, la jeune mère de 37 ans que vous voyez sur la photo ci-dessus, était atteinte d'une forme rare de cancer des glandes. Le Sutent, un médicament non conventionné, pouvait seul la soigner. Mais les fonctionnaires de la santé du NHS avaient décidé qu'elle n'avait pas le droit de le recevoir. Son mari et elle avaient donc déjà dépensé 9100 livres sterling pour payer ce qui aurait dû lui être accordé, et des voisins avaient fait une collecte ayant rapporté 15 000 livres pour les aider.

Néanmoins, cela ne suffisait pas. Ils pensaient vendre leur maison pour subvenir aux frais du traitement - alors que la médecine d'état anglaise est obligatoire et supposée tout prendre en charge.

Il y a un mois, son cas avait fait l'objet d'un article dans un journal britannique. Suite à cette mauvaise publicité, les responsables du NHS avaient finalement décidé de rembourser son médicament. Trop tard : elle vient de mourir.

C'est une nouvelle illustration de l'efficacité de l'état.

(article original ici)

Nikki Phelps, pictured with husband Bill and twins Harry and Jack (left), today lost her battle against cancer

Nikki Phelps un peu avant sa mort

Commentaires

Bonjour, As. Révoltant!
La médecine est quelque chose qui concerne tout le monde. Le calcul est donc bon. En s'accaparant la médecine, la politique fait de chaque personne un client à sa merci.
Tant qu'il n'y a pas de prise de conscience, longue vie... à leur pouvoir malfaisant et rien qu'à lui.

Écrit par : Tony | 12/05/2010

Cher As,
Ce n'est que pour la médecine "gratuite" qu'il y a des files d'attente.
Sois rassuré, la reine d'Angleterre bénéficie des meilleurs soins.
Amitiés
P.S. J'ai aussi entendu dire que les cancer du poumon ne sont plus soignés après un certain âge, mais ça, c'est à vérifier...

Écrit par : Armand | 12/05/2010

La maman d'un mien ami (qui est belge mais a toujours son passeport UK !?) est morte d'une bête angine suite à un diagnostique tardif et à des soins inappropriés. C'était à Dawlich il y a 25 ans. Rien de changé en GB sinon en pire !

Écrit par : Karl | 12/05/2010

Cher As,
C'est un phénomène mondial, dans tous les domaines et pas rien qu'en médecine.
Exemple: sais-tu ce que sont les droits de tirage spéciaux?
A l'origine, il s'agissait d'emprunts un peu bizarres et garantis sur l'or (en 1969).
Il fallait toujours plus d'argent (des sortes d'assignats) pour les impécunieux qui dirigent le monde puissent dépenser davantage.
On accepta donc le dollar comme garantie. C'était encore presque honnête puisque l'or était convertible en dollars (Bretton Woods)
Puis ce fut le tour d'autres monnaies et enfin, au lieu de 100%, on passa à 125% car l'inflation ne faisait pas perdre la valeur assez vite pour compenser les besoins d'argent.
Le FMI donne une explication simple (mais moins partiale que moi):
http://www.imf.org/external/np/exr/facts/fre/sdrf.htm
Amitiés.

Écrit par : Armand | 12/05/2010

Le sujet c est aussi ça Pour qui les politiciens oeuvrent-ils ?
croyez vous qu'ils gouvernent au dessus de la pyramide?

Tenez un discour un peu raisonnable pour une fois
notez bien la derniere phrase qu il prononce c est plus qu interressant

http://www.youtube.com/watch?v=tnKoy4kyxdg&feature=player_embedded

Écrit par : Vince | 12/05/2010

Pourquoi est-on allé si loin ? (prochain épisode le 13/06/2010) Bonsoir l'As,

Le cas (tragique) que tu nous cites n'est malheureusement pas le seul et ici même dans notre bon royaume de Belgikystan cela se passe de plus en plus souvent ...

On pourrait parler également des remboursements en cas d'opérations esthétiques (pas à la suite d'un cancer, par exemple) ou bien des remboursements des traitements de l'obésité, alors que certains traitements et autres médicaments pour soigner les suites d'un cancer ou d'autres maladies très grâves sont remboursés très chichement voire pas du tout ...

Je constate aussi autre chose : aussi loin que je me souvienne, le département de la santé a toujours été "dirigé" (???) par un polytocard socialiste, bizarre, vous avez dit bizarre ...

On dit merci qui ???

Écrit par : Intimidator | 12/05/2010

Les commentaires sont fermés.