18/05/2010

Poubelles : une nouvelle sorte de crime

 

A council is urging householders to snoop on fellow residents and fill in 'diary sheets' to log incidents - the same way it tackles violent anti-social behaviour

Il y a quelques années, les fonctionnaires de l'union européenne ont décidé - sans vous consulter - que les déchets de tous les membres du club devaient être recyclés. S'ils étaient simplement épandus dans une décharge (ce qui est pourtant la solution la plus économique... et la plus respectueuse de l'environnement!), les coupables encourraient de lourdes amendes.

Comme il est difficile de passer en-dessous d'un certain seuil de déchets, le conseil communal de la ville de Hull (GB) a inventé une nouvelle sorte de crime : le crime environnemental.

Si vous sortez vos poubelles le mauvais jour, ou à la mauvaise heure, si elles gênent - même légèrement - le passage, ou si vous placez des crasses à côté des poubelles, vous risquez une amende de 100 £, et une condamnation en justice de 1000 £. Condamnation assortie d'un casier judiciaire avec relevé des empreintes digitales, prise d'échantillon d'ADN : la totale!

Comme là-bas non plus la police ne peut être partout, Jeannette Bailey, agent de la police de l'environnement, a envoyé une lettre aux gens qui se plaignaient, leur demandant de ne pas rester indifférents aux "crimes environnementaux", et de dénoncer grâce à un formulaire joint tous ceux qui en commettaient en n'étant pas respectueux du code des poubelles.

Les gens qui l'ont reçue ont majoritairement considéré son appel à la délation comme scandaleux, le comparant aux dénonciations exigées des Jeunesses Hitlériennes.

Cette criminalisation nouvelle tombe mal : elle vient après qu'on eût révélé la pose de 2,5 millions de puces électroniques sur les poubelles (obligatoires en Angleterre), afin de surveiller les déchets individuels et de les surtaxer. Elle suit aussi un plan de réduction du volume des poubelles neuves, et d'un système de tri de plus en plus délirant (9 tris différents par famille!)

Les Anglais ont l'impression de plus en plus fondée qu'il ne s'agit de rien d'autre que de taxes camouflées, et d'intrusions insupportables des gens de l'état dans leur vie privée.

C'est ce qu'ils appellent le nanny state : l'état mémé, ou état bonne d'enfants.

Commentaires

Cher As,
Un meurtre environnemental jamais sanctionné: les pies qui éventrent les sacs.
Il leur faut un travail d'intérêt général: répandre leur guano sur les ministres et parlementaires.
Amitiés

Écrit par : Armand | 18/05/2010

Bonjour Armand, tu as oublié les renards, blaireaux, corneilles, rats, souris, chats et chiens errants qui s'en nourrissent, sans oublier les puces, tiques, vers, poux, amibes, etc. qui vivent sur et en eux.
Les poubelles permettent une explosion de vie. Elles constituent un univers entier.

Il faudrait passer à la chaise électrique ceux qui veulent les aseptiser : ils sont les vrais criminels environnementaux.
;o)

Écrit par : l'as | 18/05/2010

Les commentaires sont fermés.