01/06/2010

Sabot de Denver : comment s'en débarrasser (3)

 

La pose du sabot de Denver suspendue

Bonjour!

Décidément, chaque jour apporte son lot de nouvelles techniques pour se débarrasser des abominables sabots de Denver. (clic!)

Toujours trouvée sur Youtube, voici une nouvelle vidéo faisant la démonstration d'une autre manière de s'en libérer :

http://www.youtube.com/watch?v=vKKmssEwJMs (clic!) (Même si vous ne comprenez pas bien l'anglais, regardez la vidéo jusqu'au bout : vous y verrez la démonstration dont je parle)

Tout ça me rappelle un humoriste français qui fut révélé à la fin des années 60 : Jean Yanne.

Avant tous les autres, il avait décidé de lutter contre cette immobilisation abusive des voitures. Il avait donc montré comment s'en défaire dans une émission à laquelle il participait, afin que tout le monde sût que faire en cas de malheur. Mais il ne s'en tenait pas là : il partait nuitamment à la recherche de voitures "sabotées" dans Paris, et comme Angle-Grinder Man, faisait sauter l'appareil et l'emportait chez lui, où il l'exposait comme un trophée.

Il fut arrêté par la police lors d'une de ces expéditions. L'amende qui s'ensuivit fut assez salée.

Le génie est toujours mécompris par les petites gens.

;o)

Résultat : chez nous, on en pose assez peu.

Les flics téléphonent plutôt à Da Car (ou à son homologue local) et font emporter la bagnole. Les gens de Da Car sont des gars bien : ils n'oublient jamais de donner le denier des méchants.

Commentaires

Cher As,
Une méthode plus radicale pour la police serait d'enlever une roue et ne la restituer qu'après paiement de l'amende due.
Quelles économies pour la Belgique... mais quel boulot suplémentaire pour des policiers déjà surmenés!
Amitiés

Écrit par : Armand | 01/06/2010

Magnifique ! Bonjour l'As !

Encore un grand moment de pédagogie ! Je te propose d'ouvrir un second blog où tu pourrais rassembler toutes les (bonnes) idées pour contrer les nuisances et le vandalisme de nos très chers coyotes à képi ...

Écrit par : Intimidator | 01/06/2010

Les commentaires sont fermés.