08/05/2010

MRSA ou MERSA : autres précisions

http://blogs.sfweekly.com/thesnitch/MRSA.jpg

Bonjour!

L'infection par MRSA ou MERSA (infection par staphylocoques dorés résistants à la méthycilline) a beau ne pas être connue du grand public ici, aux Etats-Unis il n'en va pas de même. Je vous l'avais communiqué hier : le MRSA ou MERSA tue bien plus de gens que le SIDA, mais entraîne aussi des mutilations chez un grand nombre de survivants.

Je vous épargne les photos horribles qu'on trouve sur le sujet. Sachez seulement qu'aux States, les labos Cepheid ont mis au point des tests de dépistage spécifiques, qui coûtaient 42$ pièce en 2008, et devaient être analysés dans une machine automatique revenant à un prix de 30 000 à 150 000 $ selon les versions.

L'intérêt des tests, c'est de caractériser presque immédiatement l'agent infectieux, particulièrement virulent chez les personnes à risque (enfants, vieillards, immunodéprimés, sidéens, patients greffés, etc.). Pourtant, son intérêt a été mis en doute par le docteur Henry F. Chambers, chef du service des maladies infectieuses au San Francisco General Hospital. Pourquoi? Parce que : "mon hôpital n'aurait pas assez de place pour isoler tous les porteurs de MRSA." Par ailleurs, ajoute-t-il :“certaines études montrent que lorsqu'on isole des patients, médecins et infirmières n'entrent pas dans la pièce, et la qualité des soins décline."

Conclusions :

outre le fait que le MRSA n'a pas le côté effrayant du SIDA (maladie sexuelle!), et qu'il n'émeut pas un groupe humain (ici, les homosexuels) se sentant une proie privilégiée et discriminée par elle, pour expliquer son manque de publicité en Europe on peut ajouter qu'il gêne les médecins et le personnel hospitalier (largement responsables des infections, par manque d'hygiène), et que l'ONU ne voit pas son intérêt puisqu'il ne permet pas à l'OMS (son antenne "santé") de lancer de grandes campagnes internationales, extrêmement lucratives, comme l'étaient celles pour le SIDA, la grippe aviaire et la grippe A H1N1.

07/05/2010

MRSA et Sida

File:MRSA SEM 9994 lores.jpg

 

Au fil de mes lectures, je suis tombé sur ceci : si je vous dis MRSA, que répondez-vous?

Si vous me dites "Wadesda?" ("C'est quoi ça?" en langue morte bxloise), vous vous trompez : le syndrôme du MRSA signifie Methicillin Resistant Staphylococcus Aureus.

Ce staphylocoque commun se trouve partout, tout le temps, et entre autres sur notre peau. Généralement inoffensif, il lui arrive d'être responsable d'infections graves, touchant particulièrement les drogués qui utilisent des aiguilles sales pour s'injecter leurs crasses (l'effet est facile, je sais...), ou des malades ayant subi des interventions chirurgicales en milieu hospitalier.

Le MRSA est en hausse constante. On considère qu'il a été responsable de 18 000 morts, et de beaucoup plus de lésions graves, dans les hôpitaux américains en 2005.

Il tue donc plus que le SIDA.

Le problème, c'est qu'il ne jouit pas du côté glamour de ce dernier, et qu'aucun groupe humain ne l'identifie comme une menace précise et discriminante.

On peut donc dire que le SIDA est comme la vitesse au volant : l'arbre qui empêche de voir la forêt.

Jan Bucquoy et les frères Dardenne

 

http://insolite.mais.vrai.free.fr/wp-content/uploads/musee_bruxelles.jpg

Bonjour!

Cette immortelle citation extraite de "La vie est belge", livre de Jan Bucquoy, fera sûrement plaisir à Tony (le tenancier du blog Minghia - clic!)

"Les frères Dardenne, vous les mettez dans un champ de maïs comme épouvantails, les corbeaux rapportent les graines."


http://img5.allocine.fr/acmedia/medias/nmedia/18/66/46/40/18934247.jpg

Pour ce qui est du livre lui-même : si vous pouvez le lire sans payer, n'hésitez pas. Sinon, volez-le. ;o)

06/05/2010

Afghanistan : ça va très mal

 

sniper graphic

Deux fois déjà, en quelques jours, la presse de Grande Bretagne nous fait savoir les hauts faits des snipers de l'armée anglaise en Afghanistan.

Elle nous apprenait il y a quelques jours que, grâce au fusil britannique à longue portée L115A3, un tireur d'élite avait tué en quelques secondes trois talibans prêts à attaquer une patrouille anglaise . Ils se trouvaient à 2400 mètres de lui et, malgré que la portée utile maximale de l'arme soit de 1100 mètres, le tireur parvint à les abattre tous les trois.

Cette fois, la presse de GB nous apprend qu'un autre sniper ayant déjà liquidé 37 talibans en a tué 5 supplémentaires hier, à une distance de 1600 mètres, en 28 secondes. D'après le communiqué, ces cinq-là s'apprêtaient aussi à combattre une patrouille anglaise.

De telles déclarations donnent à penser que la situation de combat en Afghanistan devient de plus en plus mauvaise, ou/et de moins en moins populaire en Grande Bretagne.

En Afghanistan, ça va très mal.

 

The Duchess of Cornwall greets soldiers from 4th Battalion The Rifle

Suite aux élections, verra-t-on bientôt la fin de l'alignement des troupes britanniques en Afghanistan?

élections britanniques : une première victime

Qui a dit que la carrière de politicien était de tout repos? Les élections britanniques ont fait leur première victime : Nigel Farage, le candidat du parti nationaliste anglais UKIP (celui-même qui avait dit à "notre" impressionnant président de l'union européenne Herman Van Rompuy : "vous avez le charisme d'une serpillière mouillée et l'apparence d'un employé de banque. Et la question que je veux vous poser, c'est 'qui êtes vous?' Je n'ai jamais entendu parler de vous ! Personne en Europe n'a jamais entendu parler de vous! Je voudrais vous demander, président, mais qui donc a voté pour vous ? Mais je sais que vous êtes capable, compétent et dangereux et je suis certain que votre objectif, c'est d'être celui qui tuera la démocratie européenne et la notion même d'Etat-Nation. Peut-être parce que vous venez de Belgique qui est une sorte de non-pays, alors je vous le dis, on ne vous connait pas, on ne vous veut pas et plus vite vous débarrasserez le plancher, mieux ce sera".)

Que lui est-il arrivé?

Alors qu'il faisait un dernier tour de manège électoral dans un petit avion privé, une banderole s'est prise dans la queue de l'appareil, qui, ne répondant plus aux commandes, s'est écrasé au sol.

Farage en est sorti indemne mais néanmoins très choqué. Il répétait "J'ai peur. J'ai peur. J'ai peur", tandis qu'on emmenait le pilote à l'hôpital.

Est-ce un coup des brigades noires du CD&V?  ;o)

Enlarge   The light aircraft that crashed at Hinton-in-the-Hedges airfield

 

Espérons qu'après cet accident Nigel Farage ait reçu son assistance psychologique obligatoire. Quant au pilote emmené à l'hôpital... ;o)

élections en Grande Bretagne

 

http://bucf.files.wordpress.com/2008/08/gordon-brown-404_667800c.jpg

Aujourd'hui, nos amis anglais se rendent aux urnes.

Selon toute vraisemblance, ils éjecteront le calamiteux Gordon Brown (parti travailliste - l'équivalent anglais de notre PS local) pour le remplacer par David Cameron (conservateur), accompagné peut-être de Nick Clegg (libéral démocrate).

S'il ne fallait citer qu'un seul des illustres faits d'armes de Brown, ce serait celui-ci : alors qu'il était chancelier de l'Echiquier (l'équivalent de notre sinistre des finances), il vendit 500 tonnes d'or appartenant à la Banque d'Angleterre (analogue à notre Banque Nationale) parce que "l'or n'est qu'une relique barbare, destinée à être démonétisée" (comme l'a dit à peu près Alan Greenspan) au profit des résidus de végétaux appelés papier monnaie.

Le problème : ce brillant financier l'a fait au moment exact où l'or a atteint son prix le plus bas sur les marchés mondiaux.

Depuis lors, le prix en dollars du métal précieux a été multiplié par 4,5 !

Combien Gordon Brown a-t-il coûté aux Anglais par cette seule erreur?

Pourquoi n'en parle-t-on jamais?

De quel droit a-t-il disposé de la couverture or de la monnaie anglaise - qui ne lui appartient pas, mais bien à tous ceux qui l'utilisent - pour satisfaire à une idéologie?

Quoiqu'il en soit, la réalité reprend toujours le dessus. Elle vient d'en donner la preuve au déjà ex-premier ministre de Grande Bretagne.

Grippe AH1N1 : en Belgique, elle existe toujours

La grippe AH1N1 devait être l'occasion pour "notre" Lolo fédérale de montrer l'étendue de ses capacités, nonobstant ce qu'en disent les gens qui se contentent de constater.

Nous savons tous ce qu'il en est advenu : une campagne hystérique de vaccinations inutiles, aux vertus de laquelle la majorité des Belges croyait si peu que des millions de vaccins inutilisés traînent dans les placards du sinistère de la Maladie, et ils continueront d'agacer les dents de nos fils.  ;o)

Mais outre le fait que cette campagne de vaccination ne servait à rien d'autre qu'à jeter notre argent par portes et fenêtres (110,2 millions d'euros, à peine...), il y a mieux : "L'état belge devra indemniser les éventuelles victimes du vaccin contre la grippe mexicaine" nous informe Le Soir.

"Le contrat passé entre le gouvernement et la firme pharmaceutique GSK, portant sur l'achat de 12,6 millions de doses de Pandemrix, le vaccin contre la grippe A/H1N1, a été conclu sans appel d'offre et garantit à GSK le rejet de toute la responsabilité sur le gouvernement en cas de décès et d'effets secondaires graves liés au vaccin."

Est-ce bien légal, d'acheter pour 110,2 millions d'euros de marchandises sans faire d'appel d'offres?

"Le Pandemrix contient du AS03, un adjuvant controversé qui n'a jamais été testé sur les populations à risques (femmes enceintes, personnes âgées, etc.) avant les campagnes de vaccination contre la grippe A/H1N1"

ASO3? Ah! oui... c'est le fameux adjuvant dont notre Lolo fédérale se félicitait...

Mais que dit-elle pour se justifier? "De son côté, la ministre fédérale de la Santé, Laurette Onkelinx (PS), ne regrette pas d'avoir signé ce contrat, préalablement validé par le gouvernement."

Donc, pour notre Lolo,

-le vaccin n'était pas un inutile gouffre à millions;

-des morts éventuels pour cause d'adjuvant non testé ne seraient que des dégâts collatéraux;

-il est naturel que l'état (c'est à dire : les contribuables) supporte les conséquences de ce choix, plutôt que GSK;

- et enfin, par voie de conséquence, la grippe AH1N1 a réellement existé, et son danger a justifié les millions perdus.

Mais comment se fait-il alors que dans la presse anglaise, je trouve ceci : "Le National Health Service est obligé de réduire son offre de soins à cause du coût très élevé de la peur engendrée par la grippe porcine (premier nom de AH1N1), qui s'est révélée infondée." (source ici)

Comment se fait-il qu'une vérité outre-Manche devienne un quasi mensonge en Belgique?

 

Scare: The cost of the swine flu costs primary care trusts £340,000 - and has forced the NHS to cut services