23/07/2007

Et le plus gros parti de Belgique est...

En parlant de majorité des électeurs...

Dites-moi : quel a été le plus grand nombre de voix obtenu par l'un des partis présenté comme vainqueur des dernières élections?

Un gros 30% - dans la région où il se présentait. C'est à dire, beaucoup moins que cela rapporté à l'ensemble de la Belgique.

Et combien y a-t-il d'automobilistes dans notre pays?

Presque 5 millions, selon les chiffres officiels. C'est à dire, 50% de la population totale.

Aucun parti belge actuel n'approche - même de loin - une si écrasante majorité.

Comment se fait-il alors que les politiciens de ce pays se payent continuellement la tête d'un habitant sur deux? Pourquoi ces tenants de partis comparativement minables croient-ils pouvoir prendre des mesures impopulaires, allant à l'encontre des intérêts de l'écrasante majorité?

22/01/2007

Automobilistes et boycotage : la technique du brave soldat Schweik

Les membres de la noblesse de robe qui vivent à nos crochets ont souvent l'impression de pouvoir faire ce qu'ils veulent. L'apathie, l'indolence, le fatalisme, le manque d'intérêt traditionnel des Belges pour les exactions que cette nouvelle noblesse leur fait subir donnent souvent raison à ceux-là, qui se disent nos "représentants".

Il est vrai que le dialogue politique est impossible : le système est bien cloisonné, bien refermé sur lui-même, et sa logique n'a rien à voir avec les éventuelles volontés de la majorité populaire. Les mesures autoritairement prises par nos saigneurs ne sont pas le reflet des aspirations des habitants.

Dès lors, puisqu'il n'y a personne pour nous écouter, que faire? Voici une réaction possible, celle du Brave Soldat Schweik

"Parole, parole...

Tour cela est bel et bon.
Il est indéniable qu'il est désormais moins "grave" d'agresser une petite vieille en rue que d'outrepasser une quelconque limitation de vitesse en automobile.
Les automobilistes sont devenus ET les vaches à lait des princes qui nous gouvernent ET les boucs émissaires désignés à la vindicte de la populace.
L'automobiliste est individualiste, nous le savons et nous l'assumons. Ce n'est pourtant que cet individualisme qui permet aux législateurs de tout poil et à leurs affidés de s'adonner impunément à ce racket, à ces extorsions de fonds.
Il n'est pourtant pas nécessaire d'immédiatement embrayer sur la méthode dure utilisée au nord du pays (un pneu qui brûle, c'est un radar de moins...). Face à la désertion des clubs "automobiles" désormais quasi institutionnels, face à la lâcheté des magazines spécialisés plus attentifs aux desiderata de leurs annonceurs qu'aux aspirations de leurs lecteurs, face à l'hypocrisie des politiques auxquels les règlementations ineptes qu'ils nous destinent ne s'appliquent de toutes manière jamais, il nous faudrait un minimum de cohésion.
Il existe des recours dans la légalité. Je crois pour ma part que la méthode du regretté caporal Svejk donnerait d'extraordinaires résultats.
Je m'explique.
Nous connaissons tous les environs immédiats de notre domicile, de notre lieu de travail. Et nous connaissons donc tous un ou plusieurs exemples de disposition routière grotesque.
Si je prends le cas de Bruxelles, le premier exemple qui vienne à l'esprit est la limitation à 50 kmh sur la petite ceinture.
Si un certain nombre d'entre nous décidaient de respecter strictement cette limitation un jour convenu (ou pire tous les lundis, ou pourquoi pas les 1,11,21 et 31 de chaque mois!), je n'ose imaginer le bordel intégral qui s'ensuivrait. Et que pourrait-on nous reprocher? D'être des citoyens scrupuleusement respectueux des lois ?
Je n'ai ni le loisir ni les compétences pour créer, organiser et animer un site permettant de promouvoir ce type d'action, de signaler à notre attention quels sont les politiques chantres auto-proclamés de l'(im)mobilité et qui se présenteront à nos suffrages d'ici quelques mois - occasion rêvée pour les sanctionner.
Y a-t-il parmi vous quelque rebelle qui voudrait lever l'étendard de la révolte?

Henri
belvaux@brutele.be
"

Texte trouvé dans un commentaire tardif du 17/01/2007