14/02/2010

Iso Rivolta

Bonjour!

Enzo Rivolta délaissa la construction des voiturettes à trois roues Isetta en 1962, pour s'adonner à la fabrication de GT sportives. La GT 300, sa première sportive de luxe, fut dessinée par Bertone et équipée d’un V8 Corvette de 300 cv.

Fichier:Red Iso Rivolta.jpg

Son succès permit à son créateur de produire de nouveaux modèles tout aussi sportifs. La splendide Grifo A3L de 1965, dotée de moteurs Chevrolet allant jusqu’à 400 cv, atteignait les 270 km/h. La Grifo A3/C participa aux 12h de Sebring, mais aussi aux 24h du Mans en 1964 et 1965.

Fichier:Loheac 165.jpg

 

Fichier:Photo 296.jpg

D’autres modèles suivirent, tels que la luxueuse berline Fidia en 1968, la GT Lele en 1969, ou encore la sulfureuse 7 Litri et son moteur de 400 cv en 1970. Mais le constructeur ne résista pas au choc pétrolier et à la concurrence du début des années 1970. En 1973, la famille Rivolta vendit l'entreprise à Ivo Pera. La marque devint ISO Motors & Co, qui créa la même année l’écurie de Formule 1 ISO-Marlboro, conduite par Frank Williams. Cette initiative beaucoup trop coûteuse coula le constructeur, qui cessa de construire des automobiles à la fin de 1974.

http://actualites.sport-prestige.com/wp-content/uploads/2009/12/iso-rivolta-grifo.jpg

 

Pour conclure ce bref tour d'horizon de la marque Iso Rivolta, je vous raconte cette anecdote : à la fin des années 70, j'ai connu une dame qui roulait en Iso Rivolta Lele. Un jour, je l'ai vue se déplacer avec une autre GT d'exception : la Jensen Interceptor III. Je lui demandai pourquoi elle s'était séparée de sa Lele qu'elle aimait beaucoup.

-"Elle n'est définitivement pas utilisable en ville, me dit-elle. En première, je monte jusqu'à 110 Km/h. Je n'ai pu passer la deuxième qu'une seule fois, dans tout le temps où je l'ai conduite. Son moteur chauffait, et ça me faisait souffrir. Voilà pourquoi je ne l'ai plus..."