12/03/2009

Pollueur-Payeur : les politiciens ne ressentent pas la honte

large_854484

Je vous en avais parlé il y a quelques semaines : les camions seront bientôt surtaxés en Europe.

"Le parlement européen permet aux états de l'Union européenne d'intégrer les coûts liés au bruit, à la pollution atmosphérique et aux embouteillages à la vignette routière des poids lourds.

"Un premier pas
(premier : donc, les parlementaires européens non élus en prévoient d'autres) important vers le principe de 'pollueur-payeur' est ainsi introduit dans le transport routier", s'est félicité l'eurodéputé belge Saïd El Khadraoui (sp.a), rapporteur du parlement.

Cette réforme de l'eurovignette intègre dans le calcul des tarifications routières pour camions les coûts environnementaux, et non plus seulement les frais liés à l'entretien des infrastructures."
(Donc, quand Daerden vous dit que c'est parce que les autres paient que les routes wallonnes "gratuites" sont en moins bon état, il ment : la vignette pour camions comprend l'entretien)

"Les Etats membres pourront établir un régime 'intelligent' variant en fonction du niveau de pollution des camions ou du moment de la journée. Les entreprises qui investiront dans des camions moins polluants paieront donc moins", ajoute M. El Khadraoui." (mais plus qu'aujourd'hui)

Les Etats membres divergent sur l'affectation de l'argent supplémentaire qui sera généré. (Attention : c'est ici que ça devient croustillant!) Plusieurs refusent que ces revenus supplémentaires soient obligatoirement investis dans des efforts visant à réduire la charge environnementale du transport routier." (C'est à dire : on prend votre fric en prétextant que c'est pour corriger les nuisances "environnementales", mais on va le dépenser à tout autre chose!)  "D'autres rechignent en outre à imputer aux seuls camions le coût lié aux embouteillages." (Sous-entendu : automobilistes, préparez-vous à payer une nouvelle fois!)

Ces mesures seront appliquées dès 2012 pour les camions de plus de 3,5 tonnes.  Ces derniers mois, les professionnels du secteur et les organisations de négoce se sont fortement opposés à cette réforme. Ils redoutent la hausse de leurs frais.

Selon la commission européenne, l'intégration des coûts environnementaux
(environnementaux : quelle blague!) coûterait 0,05 euro par kilomètre. Le coût moyen des transports internationaux devrait augmenter de 10%." (10% "seulement", qui se retrouveront intégralement répercutés dans VOS prix)

Lors de sa création, la communauté européenne avait pour vocation de réduire les charges et donc les prix. Elle visait aussi à favoriser les échanges internationaux.

Désormais, la bureaucratie non élue de l'union européenne veut faire monter tous les prix et limiter les transports transfrontaliers.

Décoiffant, n'est-ce pas?

De plus, elle sanctifie le principe du détournement de taxes à d'autres fins que celles pour lesquelles on feignait de les récolter. Rien de neuf, direz-vous. Non, sauf que c'est désormais officiel, alors qu'avant c'était un secret bien gardé.

La bureaucratie non élue de l'union européenne vient donc de tomber le masque : elle est pour la vie chère, contre les échanges transfrontaliers, et complice de détournements de fonds et abus de pouvoir étatiques.

11/07/2007

Taxes sur les voitures en Belgique : le pactole !

Il y a aussi cette nouvelle effarante (quoique... tous ceux qui lisent régulièrement ce site le sentaient bien, non?) que je n'avais pas encore eu l'occasion de commenter :

"Chaque voiture belge rapporte 2.458 euros par an en moyenne à l'état

La Febiac a fait le calcul pour vous : en 2006, l'état a récolté 12,12 milliards d'euros grâce aux véhicules privés, soit 0,2 % de moins qu'en 2005, mais néanmoins énorme. Comme le parc automobile belge comptait 4.929.248 automobiles, en moyenne chaque voiture a rapporté à l'état... 2.458 euros !

L'essentiel - plus de 45% ! - provient des taxes et accises sur les carburants. Le deuxième poste (12,2%) est constitué par la TVA sur les entretiens et les réparations automobiles (1,48 milliard d'euros). La TVA sur les ventes de voitures compte, elle, pour 11,3 %, 10,6 points provenant des voitures neuves. Les deux derniers postes importants sont la taxe annuelle de circulation qui avec 1,27 milliard représente 10,5 % des perceptions et la TVA sur les pièces et accessoires : 7,2 % (877,6 millions d'euros).

Viennent ensuite les taxes et redevances sur les assurances, qui totalisent 3,8 % du total perçu par l'Etat, la taxe de mise en circulation qui totalise 317,5 millions d'euros soit 2,6 % du total, les amendes de roulage et la cotisation de solidarité pour les voitures de société qui, avec 1,7 % du pactole, a permis aux gens de l'état d'encaisser 207,7 millions d'euros.

Ajoutez à cela la redevance pour l'autoradio, les droits de douane, le contrôle technique, le permis de conduire et d'autres petites choses négligeables et vous savez ce que l'Etat vous vole uniquement grâce à votre voiture.

Du côté de la Febiac, on trouve que cette pression fiscale est beaucoup trop élevée."

Uniquement du côté de la Febiac?

Permettez-moi d'ajouter ceci :

1) ces 2.458 euros ne sont pas le reflet exact de la réalité, car tout un tas de taxes corollaires (telles que celles frappant les transports de carburants, par exemple, les lois sociales sur le personnel occupé par les pétroliers, les constructeurs automobiles, la TVA sur les pièces et la main d'oeuvre, etc.) ne sont pas prises en compte dans ce décompte grossier.

2) mais savez-vous le pire? Sur ces sommes gigantesques volées à chaque conducteur au nom des services qui leur sont rendus par les gens de l'état, seuls moins de 10% sont utilisés à... l'entretien des routes!

Vous avez dit : voleurs?